La moitié des zones de police bruxelloises ne disposent d'aucun véhicule d'intervention équipé d'un défibrillateur à bord, ressort-il de la réponse du ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) à une question parlementaire de Bianca Debaets (CD&V).

Les véhicules de la zone de police Bruxelles-capitale/Ixelles se révèlent les mieux équipés par rapport à un éventuel besoin d'un défibrillateur lors des interventions. Près de la moitié de ceux d'entre eux qui sont en lien avec les appels 101 disposent d'un équipement à bord. Pour les autres voitures d'intervention et de patrouille, cela concerne 1 véhicule sur 5, mais l'objectif à long terme est d'installer des défibrillateurs dans toutes les voitures d'intervention. La réponse du ministre-président fait aussi apparaître que les efforts de la zone Bruxelles/Ixelles ne sont pas réellement imités par les autres zones de police. 

Dans la zone Marlow (Uccle, Watermael-Boitsfort, Auderghem), à peine 8 des 24 véhicules d'intervention sont équipés d'un défibrillateur, tandis que dans la zone Bruxelles Nord (Evere, Saint-Josse-ten-Noode, Schaerbeek) c'est le cas pour seulement 6 véhicules de patrouille et 10 autres véhicules. Dans les zones de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre, Woluwe-Saint-Lambert) et Midi (Anderlecht, Saint-Gilles, Forest), en revanche, aucun véhicule ne circule avec un défibrillateur à bord. Aucune donnée n'a pu être fournie pour la zone de police Bruxelles-Ouest (Molenbeek-Saint-Jean, Koekelberg, Jette, Ganshoren, Berchem-Sainte-Agathe). "Ces défibrillateurs ne sont utilisés qu'une poignée de fois par an, mais à ces moments-là, ils sont bien sûr d'une importance vitale... A l'heure actuelle, quiconque subissant un arrêt cardiaque en pleine rue à Bruxelles ne peut qu'espérer se trouver sur le territoire de la bonne zone de police", a commenté la députée CD&V, par ailleurs conseillère de police dans la zone de Bruxelles/Ixelles.