Bruxelles Le coût du réaménagement complet de la place Rogier s’élève à 42 millions d’euros au lieu des 29 millions annoncés.

Prévue initialement en 2013, l’inauguration de la nouvelle place Rogier, située à Saint-Josse-ten-Noode, avait été reportée en 2014 avant d’être annoncée ensuite pour le printemps 2015. Finalement, on ne découvrira le nouveau visage de la place Rogier qu’au début de l’année 2016, si tout se passe comme prévu…

Dès le départ, ce projet d’envergure comprenant aussi bien la rénovation de la station de métro en sous-sol que le réaménagement complet de la place en surface a accusé d’importants retards. "En janvier 2006, la Région annonçait le début des travaux pour le mois d’avril 2007 : une prévision bien optimiste, le permis n’étant délivré qu’au mois de juillet… 2008 ! C’est finalement le 6 octobre 2009 que les travaux de démolition sont entamés, deux ans et demi plus tard que ce qu’il était initialement prévu", résume ainsi l’Arau (Atelier de Recherche et d’action Urbaines).

Durant le chantier, les motifs de retards furent nombreux : problèmes d’étanchéité du proche tunnel routier, révisions budgétaires, plaintes de riverains… Conditionnés à ceux réalisés en souterrain, les travaux de surface n’ont débuté qu’en 2013. Plus récemment, c’est l’installation de la pièce maîtresse du chantier, un auvent de 60 mètres de diamètre et de 9 mètres de haut, qui a pris plus de temps que prévu.

Outre des années de retard, ce grand projet affiche aussi un surcoût considérable. Officiellement, le coût du réaménagement complet de la place Rogier s’élève à 29 millions d’euros. C’est le montant avancé en 2010 par l’ancienne ministre régionale de la Mobilité Brigitte Grouwels (CD&V), qui avait revu à la baisse le projet jugé trop coûteux de son prédécesseur Pascal Smet (SPA).

Depuis lors, aucun autre montant évoquant un dépassement budgétaire a été évoqué par le gouvernement bruxellois. Un document interne sur la finalisation des coûts du projet Rogier que la DH a pu se procurer fait pourtant état d’un budget total de 42.348.982 €, soit un surcoût de plus de 13 millions d’euros.

Un budget qui se répartit comme ceci : 3,9 millions pour des études; 8,3 millions pour l’atrium; 6,6 millions pour l’électricité, 1,2 million pour l’étanchéité; 9,6 millions pour les voiries; 7,5 millions pour l’auvent; 1 million pour les escalators et enfin 4 millions d’euros pour des dépenses diverses.

C’est l’investissement conséquent pour le fameux auvent qui recouvre une partie de la place qui fait grincer quelques dents. Selon une source proche du gouvernement bruxellois, il s’agit d’une lubie du ministre des Travaux publics, Pascal Smet (SPA). "Contrairement à la rénovation de la station de métro et de la place en surface, cet auvent n’était pas une nécessité. Par exemple, des oeuvres d’art moins onéreuses auraient pu être installées à la place."

Hier, le ministre Smet n’a pas souhaité donner suite à nos questions sur le surcoût du chantier de la place Rogier.

7,5

En millions d’euros, le coût de l’auvent métallique de 60 mètres de diamètre qui surplombe une partie de la place Rogier.