Après l'acquisition de véhicules hybrides il y a quelques mois, la zone de police Bruxelles Capitale-Ixelles a reçu ce lundi les tout premiers vélos et scooters électriques de son charroi. L'objectif : moderniser de façon plus écologique les modes de déplacement de son personnel. "A terme, nous souhaitons que tous les inspecteurs de quartier puissent avoir un vélo électrique. On en a reçu douze aujourd'hui et à la fin de l'année, on en aura 36, explique le chef de corps Michel Goovaerts. On a déjà essayé avec un vélo classique mais on n'est pas à Amsterdam ici, ça monte et ça descend. Les agents ont été impliqués dans le choix du matériel pour qu'il y ait une véritable adhésion."

Outre les agents de quartier, l'unité des bikers pourra également utiliser ces nouveaux vélos. "On est vraiment ravis de les avoir. C'est un soutien au sport musculaire qu'on a l'habitude de faire et ça apporte une nouvelle dynamique en terme de durabilité écologique mais aussi de qualité des produits qui ont été achetés", précise le chef de l'unité Jurgen Willems.

© Cameriere

Les quinze scooters électriques sont, eux, destinés à la Direction trafic et aux équipes qui encadrent les manifestations. "Ils sont silencieux, c'est très important pour les citoyens du centre-ville de limiter le bruit et la pollution. Quand on arrive dans une zone piétonne, on constate que le citoyen admet plus facilement un scooter silencieux qu'un véhicule qui fait de bruit", indique Joël De Keyzer, chef de la brigade cycliste.

"On voit que les agents sont plus rapides et efficaces en vélo et en scooter qu'en voiture. Et le policier à vélo est beaucoup plus apprécié car plus accessible pour les citoyens. L'électrification de la flotte est importante par rapport à la pollution de l'air mais elle permet aussi d'humaniser la police auprès de la population", ajoute le bourgmestre de la Ville de Bruxelles Philippe Close (PS).

Les vélos ont coûté environ 4 500 euros pièce et les scooter 5 500 euros. "Ce n'est pas rien mais c'est peu quand on sait ce que coûte une voiture de patrouille. D'autant que ces nouveaux véhicules ne demandent quasi pas d'entretien, uniquement les pneus et les freins", conclut Joël De Keyzer.