A cela s'ajoutent six autres perquisitions effectuées samedi matin à l'aube à Bruxelles et à Charleroi, au cours desquelles trois autres personnes ont été privées de liberté, a indiqué mardi le parquet de Bruxelles. Au final, sur les 4 personnes présentées au juge d'instruction, une seule a pour l'instant été placée sous mandat d'arrêt. Aucune autre n'est ce stade inculpée.

C'est un travail d'enquête qui a permis de découvrir qu'une association de malfaiteurs avait l'intention de réaliser un tigerkidnapping, un enlèvement dans le but d'obtenir une somme d'argent importante appartenant à une institution ou une société.
Lors des perquisitions, les policiers ont saisi du matériel de déguisement, des masques en latex, des moyens de communication et des armes.

"Ces dernières semaines, la police judiciaire fédérale de Bruxelles a remporté plusieurs succès dans sa lutte contre le crime organisé", s'est réjoui le porte-parole du parquet de Bruxelles Martin François. "Une approche efficace de la criminalité, mais aussi de la communication, est nécessaire pour confirmer et accroître la confiance des citoyens dans la police et les autorités."