Lancé conjointement par Bruxelles Économie Emploi, Bruxelles Environnement et hub.brussels, BeCircular vise à soutenir les indépendants et entreprises bruxelloises qui développent une économie circulaire locale. Depuis sa première édition, 160 projets ont été soutenus et financés.

2020 est pour BeCircular une année record, avec un total 96 dossiers introduits par des entreprises, indépendants ou associations du tissu économique bruxellois. Parmi ceux-ci, 38 projets ont été sélectionnés par le jury, pour un budget total de 2 897 millions d'euros. Parmi ceux-ci, neuf nouveaux projets de production locale pour 900 000 euros.

Proposés par une diversité d’acteurs économiques, les 38 projets récompensés illustrent que la transition vers un modèle économique plus circulaire est atteignable au travers de secteurs aussi variés que la mobilité, l’énergie, le gaspillage alimentaire, la construction durable, l’alimentation durable, la réparation, la valorisation de matériaux… 

"Les potentialités sont encore énormes à Bruxelles et nos organismes publics doivent jouer un rôle encore plus fort pour faciliter l'accès et la mobilisation de ces potentiels par les entrepreneurs : Bruxelles Propreté a un rôle central grâce aux déchets qu’il s’agira de mettre à disposition comme de véritables ressources, le Port dispose de fonciers mobilisables pour du stockage et la préparation de matériaux en vue du réemploi, Bruxelles Environnement stimule, accumule et diffuse de l'expertise et peut lever des freins réglementaires. Au travers des réformes et des contrats de gestion de ces organismes, c'est la transition rapide que nous entendons mener", explique Alain Maron (Ecolo), ministre de l’Environnement.

"BeCircular est l’un des instruments de la transition économique. Il est particulièrement intéressant de noter que, depuis peu, certaines grandes enseignes entrent dans la dynamique de l’économie circulaire, notamment en privilégiant l’économie de la fonctionnalité, via par exemple des systèmes de location plutôt que d’achat et de possession", se réjouit Barbara Trachte (Ecolo), secrétaire d’Etat à la Transition économique.