"Je ne savais pas comment on brasse.Je ne savais pas embouteiller.Je ne savais pas encapsuler. Ce matin, ils m’ont tout expliqué et là, c’est parti".

Au rythme du hip-hop et des tintements du verre, Théophane passe sa journée sur la ligne d’embouteillage de L’Annexe.Désormais, c’est en effet la jeune brasserie de la rue du Métal qui concocte La Biche de Saint-Gilles.Et ce 19 avril, le premier brassin 100% saint-gillois de la bière solidaire au cervidé est mis en bouteille par une quinzaine de bénévoles.

Après avoir fixé des dizaines de capsules jaunes, Théophane réceptionne les bouteilles dans son carton. "C’est assez facile, c’est pas trop fatigant", sourit le Saint-Gillois de 19 ans, qui a ramené son pote O’Neal pour filer un coup de main. "Moi, ça me dit bien de travailler dans ce monde dans le futur.Si je trouve un job dans la bière, je le ferai tranquille".

© Julien RENSONNET

La Biche est née en 2020.Ce sont des paroissiens qui l’ont lancée lorsque le Parvis s’est vidé de ses terrasses lors du confinement."Ne restaient que les sans-abri et les familles précarisées", se souvient Diane de Talhouët, responsable de La Biche. "On se demandait comment aiderle centre d’action sociale L’Entraide, fondé par la paroisse il y a 40 ans mais désormais professionnalisé". Ce dernier emploie deux assistants sociaux et deux éducateurs spécialisés.Chaque jour entre 8h30 et 11h, il offre café, tartines et soupe à une centaine de sans-abri."Mais il est déficitaire.On voulait lever des fonds.Et perpétuer la longue tradition saint-gilloise de l’action sociale".

33.000 bières

La bio solidaire est d’abord produite chez Anders, brasserie flamande bien connue pour ses recettes à façon.Un premier brassin de 12.000 bouteilles est vendu 2€ le flacon. "C’est un peu en dessous du prix du marché" grâce à l’engagement des bénévoles. "En 18 mois, on a écoulé 33.000 bières et versé 23.000€ à l’entraide", se félicite Diane de Talhouët.

© Julien RENSONNET

Rapatrier la production à Saint-Gilles, c’était la suite logique. "L’Entraide est à 500m de notre brasserie et La Biche s’inscrit parfaitement dans la philosophie très locale de L’Annexe", opine Grégoire Berthon, qui a tenté d’approcher au plus près la recette d’origine. "Une blonde légère, désaltérante, facile à boire, mais avec du caractère". Cette Biche 4edu nom embarque ainsi "3 houblons différents et une touche de poivre de timut pour apporter un parfum d’agrume". La collaboration restera "l’exception" à L’Annexe, qui n’a pas vocation à se cacher derrière les étiquettes des autres. Mais la bière solidaire "était dans nos valeurs. On leur offre donc tout ce qu’on peut offrir": travail, matériel et temps.Objectif: 30.000 bouteilles par an pour remettre 20.000€ à L’Entraide.

Méline et Louis aussi mettent la main à la pâte bénévolement. De leurs doigts dégoûte un peu de mousse qui n’a pas pu rentrer dans les bouteilles pour ses quelques semaines de refermentation."J’ai rencontré l’équipe de La Biche à un événement brassicole au Midi", explique le passionné. "Comme je voulais m’investir dans une action sociale, je suis là". À l’affût, le couple avait déjà ciblé le goulot au ruminant. "Quand je l’achète au supermarché, je vérifie qu’elle est bien mise en valeur", sourit Méline."Je la redéplace dans le rayon si on ne voit pas l’étiquette". Le duo forestois semble apprécier l’expérience à l’embouteillage: "Il faut de la cadence. De la rigueur. On doit supporter la pression".

© Julien RENSONNET

Le lancement de cette nouvelle Biche est prévu le dimanche 8 mai sur le Parvis. Vous pourrez admirer la nouvelle étiquette bleu et jaune qui sortira pour l’occasion, comme pour chaque nouveau brassin. Théophane de son côté pédalera vers la dizaine d’adresses saint-gilloises partenaires pour livrer les caisses de 24. Et la chasse vous sera ouverte.

+ Vous pouvez trouver La Biche de Saint-Gilles entre autres à La Biche, à L’Union, au Flora, au Calmos, au Supermonkey, chez Ozfair, au Petit Mercado, au Comptoir Belge ou dans les supermarchés locaux Carrefour, Proxy Delhaize et Match.La Biche est aussi disponible en ligne .

© Julien RENSONNET


© Julien RENSONNET


© Julien RENSONNET