En avril, le permis d’urbanisme qui encadrait la 2e phase de rénovation du site de l'hippodrome a été annulé par le conseil d’État. Motif : le parking ne respecte pas le zonage forestier.

Une demande a alors été émise par le gestionnaire (à 50 % avec Bruxelles environnement) Drohme. La société souhaite qu’ “un délai d'un an après la notification du jugement soit accordé pour maintenir les effets du permis annulé.” Drohme et les acteurs impliqués mettront "à profit ce délai d'un an, le cas échéant, pour corriger l'irrégularité constatée, sans remettre en cause le fonctionnement de l'hippodrome.”

D’ici un an, le zonage problématique devrait être changé par la Région pour contourner ce blocage, mais la procédure de changement d’affectation du sol prendra encore au moins 10 mois (l’enquête publique est en cours sur ce dossier).
Le Conseil d’État a refusé le délai demandé par Drohme. On en revient donc au statu quo. Situation dans laquelle le parking, déjà existant, est techniquement illégal mais toléré dans les faits. Il est utilisé par beaucoup de visiteurs de la forêt, mais aussi par ceux qui participent aux activités proposées par Drohme (Golf, participation aux événements proposés par les occupants des tribunes et potentiellement la terrasse O2)

Terrasse de la discorde.


C’est en partie pour l'existence de cette terrasse l’été que les riverains s'étaient insurgés contre Drohme accusant le gestionnaire de développer des activités réservées à une “élite” et non un public familial. L'association des comités de quartier ucclois s'interroge toujours sur le lien entre cette activité et "la porte d'entrée vers la foret de Soignes que devrait être l'hippodrome".

Côté communal, Uccle, dont le territoire accueille 90 % de l’hippodrome, le parking et la terrasse, aucune décision n’est arrêtée pour le moment concernant le parking. Le collège réfléchit à un potentiel encadrement des activités.

Mais cela ne devrait pas être nécessaire. La terrasse O2, elle, ouvrira bien du 20 mai au 21 juillet. La mise en place de la terrasse n’est pas bloquée par la décision du Conseil d’État puisqu’elle s'appuie sur un autre permis pour son installation. Pour cette 18e édition, les organisateurs font le pari du 100 % mobilité douce sans en préciser les modalité et annonce un site 2022 totalement transformé. De midi à minuit, 7 jours sur 7, la terrasse O2 pourra accueillir jusqu'à 1200 personnes.