Bruxelles Dès aujourd'hui, vous pouvez échanger des euros contre de la Zinne, à dépenser chez n'importe quel prestataire du réseau.

C'est officiel, Bruxelles possède désormais sa propre monnaie, destinée à favoriser les circuits courts et l'économie locale. Dès aujourd'hui, la Zinne entre en circulation dans la capitale, permettant à celles et ceux qui le souhaitent de donner vie au projet qui aura mis deux ans à se réaliser. "Pour l'instant, l'utilisation de la Zinne est limitée au territoire de la Région bruxelloise. L'objectif est de favoriser les échanges locaux et de créer un réseautage de proximité", explique l'ASBL Financité, à l'origine du projet.

Concrètement, vous pouvez échanger des euros contre de la Zinne dans l'un des 23 comptoirs d'échange déjà établis. L'équivalence est simple : une Zinne est égale à un euro. "C'est facile, et ça évite tout stress par rapport à la comptabilité !" Une fois vos nouveaux billets reçus - car la Zinne ne compte pas de pièces -, libre à vous de les dépenser chez n'importe quel prestataire du réseau. 

"On espérait en avoir 40 pour le lancement, au final on en a 86", se réjouit l'ASBL. A l'heure actuelle, ces prestataires sont principalement des commerces et des épiceries mais des ASBL culturelles, des cafés et des restaurants participent également au projet. Des communes comme Ixelles, Bruxelles-Ville ou Uccle en comptent plus d'une dizaine tandis que d'autres, comme Berchem, Auderghem et Evere n'hébergent pour l'instant qu'un seul prestataire participant. "Certaines communes sont aujourd'hui moins concernées mais nous entendons élargir notre réseau au plus vite."

Pour perdurer, ce réseau devra par ailleurs convaincre les fournisseurs des prestataires. "Ça a été l'une de mes interrogations au début : comment faire en sorte que cette monnaie circule, surtout quand certains de mes fournisseurs sont Wallons ? Mais j'ai décidé d'avancer petit à petit, en commençant par mes fournisseurs bruxellois et en espérant pouvoir échanger des sommes de Zinne de plus en plus importantes au fil du temps", indique Louis Grippa, de l'épicerie Au rayon bio, à Jette.  

"Les valeurs du projet sont vraiment similaires à celles de notre épicerie : le circuit court, la consommation locale et la création de liens sociaux." Alors, place à la Zinne, fini les euros ? Pas tout à fait : "Le but n'est pas de concurrencer l'euro mais bien de proposer une monnaie complémentaire, qui fasse réfléchir les citoyens à leur façon de faire les courses : quand ils dépensent de l'argent, cela a un impact. Ils peuvent choisir d'aller chez des commerçants indépendants qui produisent localement", concluent les créateurs de la Zinne. 

Rendez-vous sur le site de la Zinne pour retrouver tous les prestataires et comptoirs de change : cliquez-ici.