Au nord-ouest de Bruxelles, la fronde contre la perte d’emplacements sur le site de la Basilique de Koekelberg s’intensifie. Les mayeurs de Koekelberg, Berchem-Sainte-Agathe et Ganshoren viennent d’adresser une missive au ministre Alain Maron (Écolo) pour lui demander de revoir ses plans.

Actuellement, le parking devant de la Basilique (côté Charles Quint) offre 200 places (gratuites, ce qui est exceptionnel à Bruxelles) et n’est pas menacé. En revanche, les deux zones latérales, utilisées pour un stationnement "exceptionnel" en cas d’événements, sont appelées à disparaître. "Mon souhait est de rendre aux zones nord et sud qui encadrent la basilique leur fonction d'espace vert", a récemment indiqué Alain Maron en commission en réponse à la députée Françoise Schepmans (MR).

Une ambition qui fait bondir également Ahmed Laaouej (PS), meneur de la fronde mayorale. "La Basilique est un véritable foyer culturel, qui a besoin d’une redynamisation. Supprimer du stationnement est une entrave au développement de la Basilique", dénonce le socialiste.

Porte ouverte à la régulation

Les trois bourgmestres du nord-ouest indiquent craindre un "report du stationnement sur les voiries avoisinantes, déjà saturées". Le mayeur koekelbergeois se dit cependant favorable à une "réglementation" du parking général de la Basilique, actuellement en dehors des fameuses zones de stationnement réglementant la Région bruxelloise. "Les camionnettes par exemple n’ont pas leur place sur ce parking. Mais il faut permettre aux riverains, aux visiteurs et aux fidèles d’y trouver un emplacement."

En commission, Alain Maron a également appelé à une "gestion plus rigoureuse" du parking principal (côté Charles Quint) : "il est, certes, licite d'un point de vue urbanistique, mais son utilisation n'est pas du tout organisée actuellement, comme en témoigne l'absence d'horodateur ou de système de régulation du parking".

De son côté, la direction de la Basilique s’est également prononcée contre une perte de stationnement sur les zones latérales de l’édifice.