Le collectif Save Donderberg résiste et s'accroche à l'espoir de préserver le site naturel du Donderberg et les chemins vivinaux. Pour rappel : Ce collectif a été mis en place il y a déjà plus de dix ans pour lutter contre un projet immobilier de la Ville, regroupant logements et école, situé sur le Donderberg. Ce site, jamais bâti, est encaissé entre la rue des Horticulteurs, la rue Mont Saint-Alban et les serres de Bruxelles Environnement. 
"Le Donderberg est un trésor de patrimoine naturel et historique, du fait de sa provenance de la Donation royale et de la coulée verte qu’il forme avec les parcs laekenois : l’amputer de près de 60% de sa surface, bâtir sur ce sol à haute valeur biologique et couper 171 arbres sont des points irrecevables pour les défenseurs du Donderberg", explique le collectif sur un communiqué à la date du 22 juin,

En dix ans, plusieurs projets ont été présentés par la commune de Bruxelles. A chaque fois, le projet immobilier de la Ville a été retoqué. Cette fois-ci, le projet Hop4, essentiellement un projet d'école de 672 places, a reçu un avis favorable de la Commission de Concertation du 7 avril 2021. La suppression des chemins vicinaux n°14, 29 et 71 a également reçu un avis favorable. Cette suppression a été votée lors du conseil communal du 14 juin dernier "sans laisser le temps à la population de se retourner, puisque ce point est apparu sous forme de "supplément à l’OJ" du conseil du lundi 14 juin, mis en ligne le vendredi 11 juin après-midi (en probable infraction avec l’article 8 du règlement d’ordre intérieur du conseil communal, qui prévoit un délai minimal de 7 jours, hors cas d’urgence), précise Wivine Wailliez, porte-parole de Save Donderberg.

Le collectif rappelle que ces trois vicinaux sillonnent le site. "Le sentier n°71, à l’ouest du site, longe le versant de la rue du Mont Saint-Alban, tandis que les chemins n°14 et 29 y donnent accès respectivement par le sud et par le sud-est (entrée de Bruxelles-Environnement)", précise le collectif. Et il poursuit : "Ces voiries historiques ont été illicitement confisquées à la population, par la pose de clôtures et de portails, pour certains depuis plusieurs dizaines d’années. Néanmoins les habitants du quartier, mais pas seulement, n’ont jamais cessé d’emprunter ces cheminements, s’accommodant, bon an mal an, des entraves mises à leur libre circulation. Ayant appris, pour certains à l’occasion de l’enquête, qu’il s’agissait de chemins vicinaux, donc de voies publiques qui leur appartiennent, les riverains ne comptent pas se les laisser ravir sans réagir".

Le collectif souhaite contrer la décisions communale. "Les collectif, comité et ASBL comptent, en effet, faire usage de leur droit de recours devant le gouvernement régional, dès que la Ville aura officiellement publié l’arrêté du gouvernement, comme le veut la loi de 1841", peut-on encore lire sur le communiqué. En attendant ce recours, le collectif organise ce samedi 26 une action de réappropriation des chemins vicinaux. Une première action le lundi de Pentecôte avait réuni une cinquantaine de Laekenois.

Le Donderberg ouvert cet été ?

En parallèle de cette opposition, la Ville de Bruxelles a proposé d'ouvrir le site du Donderberg au public cet été avec l'organisation d'activités. Les comités participent aux discussions sur les modalités d'ouverture temporaire du site avec la Ville. Le collectif salue ce projet d'ouverture au public mais reste sur ses gardes. "Le site est toujours menacé par le projet d'école".