Bruxelles L’album du groupe de rappeurs bruxellois sera disponible dès vendredi.

En face des étangs d’Ixelles, sur un banc ensoleillé, le 77 (lire "sept-sept") enchaîne les interviews. Le groupe de rappeurs bruxellois s’apprête à sortir Ultim , son troisième album. Très détendus, Peet, Morgan et Rayan discutent entre deux questions, se remémorant des anecdotes de concerts et des sessions d’enregistrement studio. Cette complicité entre eux et Félix, quatrième membre du groupe, constitue l’ADN du 77. Leurs projets musicaux sont nés d’une colocation au numéro 77 d’une rue laekenoise. "Au départ, on voulait juste vivre entre potes. La musique, ça s’est fait comme ça, parce qu’on est tous dedans et qu’en entendant l’un écrire ou composer au réveil, on allait voir ce qui se passait et on rajoutait notre patte."

Cette énergie positive, résultat de l’importance qu’ils accordent à leurs proches, se retrouve notamment sur le morceau "Phamybawlz". Avant-dernier son de l’album, il capture la philosophie du groupe et affiche un refrain entraînant qui promet déjà de rester dans toutes les têtes : "La famille, c’est tout ce qui compte, si tu comptes, tu perds la famille."

Rappeurs décomplexés , les membres du 77 se retrouvent dans un univers exubérant, à leur image. Peet et Félix passent sans gène d’un registre à l’autre, selon les instrumentales composées par Morgan. "On s’inspire de ce qu’on voit autour de nous. La musique nous permet de nous évader pour prendre plus de plaisir, comme dans le titre ‘Salzil’. Et puis, on aime bien écrire des histoires." Ces histoires leur permettent notamment de partir en tournée, même s’ils continuent à mener une vie normale. "On ne vit pas encore de la musique, donc on bosse à côté. Avec Morgan, on travaille dans le même restaurant", confie Peet.

"On n’a pas encore une grosse communauté mais celle qu’on a est à fond, ça nous motive à continuer" , poursuit-il. "Le zénith de Lille est l’un de mes meilleurs souvenirs. C’était tellement puissant de jouer devant autant de monde, d’autant plus que le public était très réceptif !" ajoute Morgan.

Pour ce qui est du titre de l’album, Ultim, il fait référence à l’une de leurs expressions préférées. Les quatre amis l’assurent : il ne signifie pas la fin des albums en commun. "Après celui-ci, on va se focaliser sur nos projets en solo mais on continuera à faire des sons ensemble."