Le bourgmestre de Saint-Gilles Charles Picqué a pris un arrêté ce mardi 23 novembre afin d’interdire l’arrivée de nouveaux détenus dans la prison. En effet, la capacité maximale de l’établissement est fixée à 850 personnes. Il apparait cependant qu’actuellement 902 détenus y séjournent.

Cette surpopulation compromet la salubrité de l’établissement, ne permet pas de satisfaire les besoins de base des détenus, ni d’assurer des conditions de travail décentes au personnel.

"J’ai à de nombreuses reprises attiré l’attention sur les risques de surpopulation dans la prison et les conditions sanitaires qui y sont liées. Le plafond de 850 détenus est largement dépassé et ce en pleine reprise de l’épidémie de Covid", explique Charles Picqué.

"Par ailleurs, les policiers de notre zone sont régulièrement sollicités pour remplacer le personnel pénitencier quand celui-ci fait grève pour protester contre ses mauvaises conditions de travail. Cette mobilisation s’effectue au détriment de la sécurité de la population des communes de la zone. J’appelle le ministre de la Justice à prendre rapidement les mesures nécessaires afin d’assurer un retour à la normale."