Le Collectif contre la fermeture du Bois de la Cambre, un groupe composé de citoyens francophones et néerlandophones de différents horizons, a récolté sur son site internet près de 2000 témoignages déplorant la fermeture du bois à la circulation. Des témoignages qui émanent logiquement d'habitants d'Uccle, mais également de résidents de Bruxelles-Centre et d'autres communes belges.

"C'est un chiffre important", souligne Régis D'Hondt, un des responsables du Collectif. "On se réjouit, dans un sens, car ces témoignages donnent du poids à notre combat et à ce que nous décrions. Mais on est attristés et affligés par une décision aussi unilatérale et aussi peu respectueuse", déplore-t-il.

Le Collectif s'est constitué sur les réseaux sociaux début septembre et compte aujourd'hui plus de 12.000 membres sur sa page Facebook, unis autour des mêmes revendications: "Ce que nous demandons, très clairement, c'est la suspension de ce plan illégal et une véritable participation du public et des gens concernés dans la prise de décisions, ce qui n'a pas été fait".

"Le but est de mettre la pression maximale sur les autorités et en particulier sur la ville de Bruxelles, pour qu'elle se rétracte", conclut Régis D'Hondt.