Les représentants du personnel de l'ASBL Bravvo, le service de prévention de la Ville de Bruxelles, dénoncent lundi le fait que les propositions du bureau de conciliation visant à trouver une issue au conflit social aient été "balayées" par la direction. Les syndicats socialiste et chrétien vont consulter leur base afin de déterminer des actions de grève, annoncent-ils. 

Setca et CNE déplorent depuis l'an dernier des manquements dans la gestion du personnel et un mal-être grandissant au sein du personnel. Une première conciliation avait échoué en novembre dernier.

À la suite du dépôt d'un préavis de grève, une deuxième réunion a eu lieu le 5 mai. Des propositions saluées par les syndicats ont été mises sur la table: désignation d'un médiateur externe, conclusion d'une convention relative à la délégation syndicale, rédaction d'un règlement de travail et octroi d'un véritable statut financier aux agents de l'ASBL.

Setca et CNE affirment cependant que "la direction a balayé les propositions, prétextant la mise en place d'une nouvelle organisation de travail qui n'est le fruit d'aucune concertation".

Les affiliés vont désormais être informés lors d'assemblées générales. Des actions de grève devraient ensuite être déterminées, avertissent les syndicats.

Créée en 2004, Bravvo emploie quelque 330 agents actifs au sein de 17 services principaux (gardiens de la paix, maisons de jeunes, prévention de la radicalisation, juridique, médiation...).