Bruxelles

Le permis d'urbanisme de la nouvelle terrasse de l'Hippodrome avait déjà été suspendu l'été passé, ce qui n'avait pas empêché le déroulement des événements.

Mercredi soir, la Terrasse a accueilli quelque 1 200 personnes pour son inauguration. Au lendemain de cet événement situé à l'emblématique Hippodrome de Boitsfort, le Conseil d'État annonce que le permis d'urbanisme octroyé par la Région est suspendu.

C'est la suite d'une longue saga de plaintes et de conflits entre plusieurs associations de riverains et de protection de la l'environnement contre les organisateurs de la Terrasse O2 et les gérants du site Drohme sur lequel elle se trouve. L'année dernière, le permis d'aménagement urbain de La Terrasse O2 a été suspendu à deux reprises. Au début de cette année, le Conseil d’État a également suspendu le permis d’urbanisme délivré à Drohme, le parking prévu se situant dans une zone forestière et constituant par conséquent une zone étrangère.

"Bien que la suspension implique que l’événement doit être arrêté, il est peu probable que les organisateurs le fassent volontairement. L’année dernière, l’événement s’est déroulé sans encombre malgré plusieurs suspensions", explique le collectif Les Amis de L'hippdrome. "Ni les responsables de l'application de la loi sous l'autorité du Ministre-président Rudi Vervoort (PS), ni la police locale ou le bourgmestre d'Uccle n'ont mis fin à cet événement. Néanmoins, le maintien de La Terrasse O2 sans un permis de construire exécutoire est un crime."

Ce mercredi soir, lors de l'inauguration de la nouvelle saison de la Terrasse O2 qui devrait se dérouler jusqu'au 20 juillet, le collectif a également dénoncé l'invasion de parking sauvage dans le quartier. Sur des photos postées sur les réseaux sociaux ce jeudi, on peut en effet observer nombre de voitures garées sur les pistes cyclables, les trottoirs, etc. "C'est enfin l'occasion de montrer qu'installer une boîte de nuit à ciel ouvert sur une zone Natura 2000 n'est peut-être pas le projet le plus adapté", conclut Yvan Hubert du collectif les Amis de l'Hippodrome. De leur côté les organisateurs de l'événement estiment avoir fait de nombreux progrès en termes de mobilité. "Le plan global de mobilité, qui existe depuis deux ans, a encore été renforcé cette année notamment avec la mise en place d’un service gratuit de shuttle encore plus importante au départ du bois de la Cambre où est situé notre parking de délestage. Tous les acteurs bruxellois de la mobilité douce et alternative sont associés à notre événement (Uber, Sam Drive, DriveNow, Lime, Scooty, City Bike, Villo, …). Nous avons fait également un important travail de sensibilisation auprès de notre public, notamment pour nos deux soirées d’ouvertures. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : par rapport à l’édition 2016, l’utilisation de la voiture a été réduite de plus de 30%. C’est un vrai succès qui prouve que les comportements en termes de mobilité sont en train de changer."

© StopBrussels

© StopBrussels

© StopBrussels