La Région impose des nouvelles normes au refuge, ce qui implique des travaux qui coûteront près de… 3 millions d’euros.

Depuis 1982, le refuge Veeweyde situé à Anderlecht accueille des milliers d’animaux chaque année. Le tout, sans aucun subside public, ou à peine.

Aujourd’hui, alors qu’aucune rénovation n’a jamais été faite depuis l’ouverture de l’établissement, le service Bien-être animal de la Région impose au refuge de nouvelles normes à respecter impliquant une transformation totale du site pour l’accueil des chats et des chiens "dans des conditions optimales, améliorées et à la pointe de la modernité", précise Ludivine Nolf, porte-parole de Veeweyde. Au total, ces travaux devraient coûter 2 800 000 euros. "Nous devons débloquer pour la première phase des rénovations, les plus urgentes, près de 1 million et demi d’euros", précise Ludivine Nolf avant d’ajouter : "Ces travaux sont indispensables pour continuer à recueillir et héberger les animaux dans le besoin dans les meilleures conditions."

La première phase, la plus urgente, consiste en la construction d’une nouvelle aile pour les chiens à l’arrière du refuge. Les ailes existantes seront quant à elles entièrement rénovées, chaque niche devant être agrandie. Au total, l’établissement aura la charge de 100 chiens au quotidien, qu’ils soient adoptables, trouvés ou saisis et ils bénéficieront donc du meilleur confort dans 56 niches réaménagées. L’actuelle chatterie sera quant à elle entièrement transformée pour y aménager un nouvel espace de 290 m² pour la mise en quarantaine des nouveaux chats arrivants. "Nous y aménagerons 32 espaces individuels, avec une capacité d’accueil de 64 chats mis ainsi en observation et soignés par nos équipes. Bien sûr, ces zones de soin seront réalisées avec des matériaux spécifiques. Les locaux seront totalement aseptisés pour éviter un maximum les maladies." Une nouvelle chatterie pour les chats adoptables sera également aménagée dans les locaux existants, avec la construction pour eux de cinq parcours sur 175 m², avec un local de rencontre ainsi qu’une volière fixe extérieure de 75 m². Enfin, le personnel animalier jouira lui aussi de nouveaux locaux : vestiaires, sanitaires, réfectoire.

© D.R.

Et comme tous ces travaux annoncent une addition salée pour le refuge, ce dernier lance un appel aux dons. Par ailleurs, le groupe MR du Sénat, représenté par son chef de groupe Gaëtan Van Goidsenhoven, qui n’est autre que le président du refuge, et par le sénateur Georges-Louis Bouchez, a visité jeudi dernier l’établissement. L’occasion de mettre en lumière les difficultés vécues par ce type d’infrastructure ainsi que la volonté du groupe MR de travailler au Sénat sur le Bien-être animal. "C’est un appel général à nos membres et surtout aux pouvoirs publics communaux et régionaux. Il faut qu’ils prennent conscience que si on veut des outils performants pour le bien-être animal, il faut penser à cette question du soutien financier de ces institutions. Il faut des moyens importants, on a un budget de 2 millions d’euros par an, un animal coûte en moyenne 8 euros par jour... Bref, on comprend que si on veut un haut niveau d’exigence, cela implique un réel coût", conclut Gaëtan Van Goidsenhoven.

© D.R.