Bruxelles

La Stib va revoir son projet. Volontairement ou suite à une erreur administrative ? Un report estimé entre un et trois ans

MOBILITÉ Il en avait fait couler des litres, de salive et d'encre, ce projet de dépôt de trams Marconi. Soit les riverains d'Uccle, Forest et Drogenbos du terrain visé par cet imposant lotissement, entre la chaussée de Ruisbroeck et la rue de Stalle, se seront inquiétés pour pas grand-chose. Soit leurs protestations auront porté leurs fruits. Tout dépend de l'explication que l'on choisit de suivre quant au retard que le projet accuse aujourd'hui.

Selon nos infos, la Stib a dû renoncer temporairement à son dépôt. En cause : une erreur d'écriture dans la demande de permis d'urbanisme à adresser à la Région bruxelloise, nous glisse-t-on.

La société de transport nous fournit une tout autre explication. "Les critiques qui ont été formulées lors de la concertation ne peuvent être rencontrées par le projet tel qu'il est présenté aujourd'hui", explique An Van Hamme, porte-parole. "Nous allons donc faire mieux et introduire une nouvelle demande de permis, sans doute au 1er trimestre 2010." La Stib indique que ce contretemps fera perdre une année au projet et que celui-ci n'est absolument pas remis en cause. "Ce dépôt au Sud de Bruxelles est une nécessité", indique la porte-parole.

Un an, cela paraît peu au regard de toute la procédure qu'il s'agit de recommencer : enquête publique, concertation et nouveau marché public à attribuer. Il y en a pour un an et demi, deux ans au moins, indiquent d'autres sources, qui affirment qu'erreur administrative il y a bien eu. En attendant, "ça arrange tout le monde", commente discrètement un contact à la Stib.

D'abord pour une question d'argent, alors que les caisses régionales sont vides. Ensuite parce que le projet a cristallisé de nombreuses critiques, qui peuvent se transformer en de multiples recours... Comment faire absorber à la chaussée de Neerstalle et à la rue de Stalle un trafic de trams aussi important ?

La question est d'autant plus judicieuse que le quartier n'est pas exactement un paradis en terme de mobilité. "Une erreur est parfois volontaire", ironise-t-on à Forest.

Fin du mois, la ministre de la Mobilité, Brigitte Grouwels (CD&V), est attendue à Forest justement, sans doute pour confirmer le retard. La commune en profitera pour tenter l'ouverture afin d'obtenir une meilleure desserte Stib. Un vœu resté pieux sous la législature précédente.



© La Dernière Heure 2009