Un jeune homme a tenté de mettre fin a ses jours lundi dernier en se jetant sous une rame de métro dans la station Rogier. Le drame a pu être évité grâce à l’intervention d’Alain, 37 ans. Ce Bruxellois d’origine rwandaise a eu le réflexe nécessaire en prévenant le conducteur et en parvenant à extirper l’individu qui se trouvait sous la cabine de pilotage.

"Il était environ 16h lorsqu’un jeune d’origine étrangère, qui ne parlait ni français, ni néerlandais, ni anglais, a voulu se jeter sur les rails de métro alors que le métro était déjà entré en station", se remémore-t-il. "J’attendais le métro lorsque j’ai vu ce jeune âgé entre 18 et 22 ans se jeter sous mes yeux. J’ai essayé d’avertir le conducteur pour qu’il arrête son métro en urgence mais il était malheureusement trop tard. Le jeune malheureux était déjà sous la cabine de métro. J’ai demandé au conducteur si les rails étaient électrifiés, il m’a assuré que non, et je me suis donc faufilé sous la cabine pour extirper le jeune homme. Je pensais que c’était fini pour lui mais une fois sous la rame de métro, j’ai vu sa main bouger. Il m’a agrippé la main et j’ai pu l’extraire. Le conducteur était évidemment sous le choc."

Des agents de sécurité sont arrivés sur les lieux trois minutes après, suivi de la police et du Siamu. "Le jeune homme était hors de danger. J’ai été auditionné concernant cet événement, pour comprendre s’il s’agissait effectivement d’un suicide ou bien si quelqu’un l’avait poussé. J’ai confirmé la thèse du suicide. L’individu était légèrement blessé et a été emmené à l’hôpital. On m’a recommandé d’aller également faire un contrôle médical mais j’allais bien donc ce n’était pas nécessaire", poursuit Alain.

Cet incident survient trois mois après qu’un individu a poussé une femme sur les rails. Le conducteur du métro avait pu s’arrêter in extremis grâce au bouton d’arrêt d’urgence. Ce nouvel incident remet sur la table la nécessité d’installer des parois vitrées, à l’instar de ce que l’on retrouve dans le métro parisien ou milanais. Ce système, également appelé porte palière, est synchronisé sur l’ouverture des portes automatiques des véhicules eux-mêmes. Un tel équipement est envisagé à la Stib dans le cadre de la mise en place du métro automatique.

Ce système concourra à l’augmentation des fréquences à un métro toutes les 2 minutes en limitant le temps d’arrêt. Un premier tronçon du métro sera équipé de ce dispositif d'ici deux à trois ans.