Le secteur de la culture a été très fortement touché par la crise du coronavirus dont il subit encore les conséquences actuellement. Afin d'aider non seulement les structures du secteur mais également leurs travailleurs, le gouvernement bruxellois avait instauré, cet été, deux aides exceptionnelles.

D'une part, les organisations culturelles et créatives ont pu bénéficier d'une prime régionale de 2.000 euros. Et, d'autre part, les travailleurs intermittents du secteur, ont pu jouir d'une aide allant jusqu'à 1.500 euros, plafonnée en fonction des revenus perçus.

Pour la première prime, la Région-capitale a recensé 290 demandes effectuées auprès de l'administration et 246 structures ont pu bénéficier de la prime de 2.000 euros pour un montant total de 492.000 euros.

En réunion électronique, le gouvernement bruxellois a décidé d'octroyer automatiquement à ces 246 structures une nouvelle prime de 2.000 euros. Pour celles qui n'en auraient pas encore bénéficier, une demande peut être introduite auprès de Bruxelles Economie et Emploi et celles-ci percevront une prime de 4.000 euros.

En ce qui concerne la seconde prime, destinée à soutenir les intermittents du secteur de la culture risquant de tomber dans la pauvreté, on dénombre 1.572 décisions d'octroi pour un montant total de 1.538.000 euros.

Le gouvernement bruxellois a décidé de prolonger cette mesure et d'en augmenter les forfaits: 2.000 euros maximum pour les travailleurs ayant bénéficié d'un maximum de 3000 euros entre le 1er juin et le 30 septembre derniers; 1.500 euros maximum pour les travailleurs ayant bénéficié entre le 1er juin et le 30 septembre 2020 de revenus s'élevant à maximum 4.000 euros nets; 1.000€ maximum pour les travailleurs ayant bénéficié entre le 1er juin et le 30 septembre de revenus s'élevant à maximum 5.000 euros nets.

Toutefois, une demande devra être introduite sur le site actiris.brussels.

"La culture, c'est tout ce qui fait que Bruxelles est Bruxelles. J'espère que la prolongation de ces aides pourra être une nouvelle bouffée d'air frais permettant aux structures et aux travailleurs du secteur de développer leur créativité au profit de la culture bruxelloise, a commenté le ministre bruxellois de l'Emploi, Bernard Clerfayt (DéFI).

Pour le ministre-président Rudi Vervoort (PS), le secteur culturel et artistique est un des poumons de la vie régionale bruxelloise. "Par ces aides uniques en Belgique, nous prenons la mesure de ce que ces secteurs apportent à notre Région", a-t-il ajouté.

Cette satisfaction est partagée par le ministre bruxellois du Budget, Sven Gatz (Open Vld), pour qui les pigistes, artistes individuels occasionnels, musiciens, metteurs en scène, danseurs, chanteurs et travailleurs auxiliaires du secteur culturel "représentent tous une partie essentielle de notre délicieuse mayonnaise culturelle bruxelloise".