Il s'est aussi entendu sur une trajectoire visant un retour à l'équilibre budgétaire d'ici 2024, hors investissements stratégiques de 500 millions d'euros dans les transports publics et la rénovation des tunnels. "En outre, la charge fiscale des Bruxellois ne sera pas augmentée, ce qui me satisfait", a commenté le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz, à l'issue de la réunion.

Les effets de la crise du Covid-19 seront ressentis dans les budgets des années 2020 et 2021, proposés en déficit. En Région de Bruxelles-Capitale, rappelle le gouvernement régional, quelque 500 millions d'euros de mesures de soutien ont été prises en 2020 pour atténuer au mieux les effets de la crise sanitaire.

De plus, la Région bruxelloise a vu ses recettes réduites d'environ 500 millions d'euros. Elle a reçu moins de moyens du gouvernement fédéral via la loi de financement. Par ailleurs, la STIB a également connu une baisse significative de ses revenus, et les recettes des droits de succession ont été plus faibles que prévu.

Selon le ministre bruxellois des Finances, Sven Gatz (Open Vld), le gouvernement Vervoort s'est fixé pour objectif un retour à l'équilibre budgétaire d'ici 2024 en poursuivant ses investissements stratégiques, conformément à la ligne de conduite qui était déjà la sienne en 2019.

Il veut atteindre cet objectif en poursuivant ses investissements, notamment en matière de mobilité, de logement social, de politique d'emploi, de relance économique et de mesures climatiques inclues dans le plan régional climat. Ces investissements sont jugés indispensables pour relancer l'économie et assurer le bien-être des Bruxellois, la crise ayant "démontré avec force les besoins dans ces cinq domaines".

"En parallèle, des efforts de rationalisation doivent permettre de réaliser des économies qui redressent la trajectoire budgétaire, tout en donnant de l'impulsion pour de nouvelles politiques", a commenté le ministre des Finances.

Sven Gatz remettra le budget au parlement bruxellois à la fin du mois d'octobre comme prévu habituellement. L'explication et la discussion au sein de la commission suivront en novembre.