La proposition, hier après-midi, de la ministre de l’Intérieur Annelies Verlinden de faire de La Boum un événement test grandeur nature n’est pas bien passé dans le monde de la culture et de l’événementiel. Fermés depuis 14 mois, ces secteurs ne comprennent pas que le Fédéral puisse proposer aux organisateurs d’un événement non-autorisé de devenir une référence en matière d’événement festif, musical ou culturel.

Face à la colère du secteur, à l’étonnement de certaines communes bruxelloises, Annelies Verlinden a dû rétropédaler fissa en fin de journée hier via un communiqué. Plus question de faire de la Boum 3 un événement test grandeur nature donc, malgré la sortie des organisateurs cet après-midi…

Il n’empêche, à Bruxelles, les réactions restent courroucées. Mais constructives. "Il est incroyable d’octroyer une prime aux frondeurs", explique Serge Vanderheyden, fondateur du festival musical Listen. "Cela fait 14 mois que notre secteur est fermé, interdit de toute activité. Nous élaborons des protocoles sanitaires pour pouvoir organiser des événements en intérieur comme en extérieur. Et là, la ministre Verlinden balaie notre secteur d’un revers de la main alors que nous sommes les premiers concernés, que nous avons une vraie expertise dans ce domaine."

Associé aux acteurs de la vie nocturne, musicale et culturelle bruxelloise, Serge Vanderheyden va donc proposer la mise en place d’un événement test grandeur nature pour cet été. "Notre volonté est de proposer quelque chose de réfléchi avec le secteur et les pouvoirs publics, dans le respect des règles sanitaires."

Très concrètement, il pourrait s’agir d’un festival musical en extérieur d’un ou deux jours, sur plusieurs sites en territoire bruxellois. Les lieux seront choisis selon leur capacité d’accueil – pas trop grande – et la possibilité d’une sécurisation. Les organisateurs pensent ici à la place Poelaert, la terrasse de la Cité administrative, SeeU ou le Mont des Arts. Pour accéder à l’événement, le public devra pouvoir prouver qu’il est vacciné, les règles de distanciation physique devront être respectées, etc.

"Nous sommes prêts à organiser quelque chose pour la fin du mois d’août. Si cela se passe bien avec un rassemblement à 500 personnes, on pourra peut-être faire plus", espère Serge Vanderheyden, qui assure avoir le soutien de l’ensemble du secteur de la nuit bruxelloise, des organisateurs de festivals, etc.

La balle est désormais dans le camp de la Ville de Bruxelles et de la Région bruxelloise, qui préparent déjà l'organisation d'événements culturels test en mode Covid-Safe. Le Théâtre Flamand et la Salle de la Madeleine préparent déjà leurs protocoles.