Dans toutes les autres provinces belges, le pourcentage de tests positifs est inférieur à 5%, mais les chiffres augmentent. Vendredi, l'institut scientifique Sciensano a publié pour la première fois des chiffres sur les tests par province et pour la région bruxelloise. Il est donc désormais possible d'obtenir une image détaillée de la façon dont le virus se manifeste en Belgique.

Entre le 8 et le 14 septembre, 30.000 tests en moyenne ont été effectués quotidiennement en Belgique. Le ratio de positivité à l'échelle du pays était de 3,2% pendant cette période. Il existe cependant de nombreuses différences régionales. À Bruxelles, il y a eu 6,4% de tests positifs pendant cette période. En Wallonie, Liège (4,9%) flirte également avec la limite critique fixée par l'OMS. Le Hainaut (3,5%) et le Brabant wallon (3,3%) se situent autour de la moyenne belge. Le Luxembourg (2,4%) et Namur (2%) enregistrent le moins de tests positifs en Wallonie.

A Anvers, 3,4% des tests ont eu un résultat positif. Le Brabant flamand a enregistré 2,6% de tests positifs, la Flandre orientale 2,2%. Le ratio le plus faible concerne la Flandre occidentale (1,9%) et le Limbourg (1,9%).

Bruxelles est donc la seule région de notre pays où le ratio de positivité est actuellement supérieur à 5%. Un ratio aussi élevé signifie qu'il peut y avoir de nombreuses infections non découvertes et que le virus se propage trop rapidement. Si la limite de 5% est dépassée, l'OMS demande que des mesures supplémentaires soient prises.