La justice de paix de Berchem, Ganshoren et Koekelberg va déménager à… Laeken.

Recouvrement de créances, factures de gaz ou d’électricité, loyers : la justice de paix accueille principalement les petits litiges. En Belgique, il en existe une par canton judiciaire. Celui de Jette regroupe aujourd’hui quatre communes : Berchem-Sainte-Agathe, Ganshoren, Jette et Koekelberg. À partir du 1er décembre, cette justice de paix sera scindée en deux, sur décision du ministère de la Justice. "Dans l’absolu, c‘est une chose positive parce que le tribunal est débordé. Cette scission permettra une plus grande rapidité dans la gestion des dossiers", approuve Khalil Aouasti (PS).

Oui mais voilà : la future justice de paix compétente pour Berchem, Ganshoren et Koekelberg sera située à… Laeken. Il s’agirait là d’une première puisque ce serait la seule justice de paix bruxelloise à ne pas se trouver territorialement dans le canton qui en dépend, souligne le Premier échevin de Koekelberg, qui dénonce une entrave physique supplémentaire à l’accessibilité de la justice. "Le tribunal irait s’installer rue Fransman, près de Bockstael. Cette implémentation répond à une logique financière. Elle est contraire à l’objectif de la justice de paix qui est d’être une justice de proximité, accessible et proche des citoyens."

Moins proche et donc moins accessible, cet emplacement ne serait que temporaire. "Selon certaines rumeurs, l’emplacement définitif se situerait encore plus loin." Khalil Aouasti rappelle pourtant que des surfaces de bureaux disponibles et susceptibles d’être aménagés existent dans les trois communes. "Pour assurer une justice accessible et de proximité, cette piste doit être la seule envisagée. Il est donc demandé que l’emplacement actuel ne soit que temporaire et que l’emplacement définitif se situe sur le territoire de l’une des trois communes, idéalement à un lieu facile d’accès pour les populations de ces trois localités."