Le timing de la nouvelle ligne de métro 3 a été au cœur d'interpellations ce mardi matin lors de la commission mobilité au parlement bruxellois. Les députés Carla Dejonghe et David Weytsman ont interpellé la ministre Elke Van den Brandt, ministre chargée de la Mobilité, des Travaux publics et de la Sécurité routière sur "la communication en soutien à l'extension du métro" et également sur "le report de la date de mise en service de la ligne 3 du métro". Des questions sur le chantier du métro 3 ont également fusé des autres parlementaires.

Pour rappel, la nouvelle ligne de métro 3 devrait relier le sud au nord de Bruxelles, de Forest à Evere (Bordet).

"J'ai vu sur le site de la Stib du jour au lendemain que la mise en service n'était plus prévue pour 2024 mais 2025, déclare le député MR David Weystman. Nous sommes au tout début des travaux et il y a déjà un an de retard. Je suis surpris qu'on ne puisse pas résorber ce retard".

"Nous avons prévu un retard de six mois, a précisé la ministre à la mobilité Elke Van den Brandt lors de la commission. La mise en service en métro est prévue pour juin 2025. Dans ce genre de chantier, garder le timing et le budget n'est pas facile. Il y a toujours des aspects inattendus. Ce retard est dû à plusieurs facteurs : la délivrance des permis et des autorisations qui on pris plus de temps que prévu, la complexité des travaux et celle de l'intégration des impétrants ainsi que la crise Covid"

La ministre a également rappelé que la date s'affinera lorsque tous les à côtés du chantier soit les impétrants seront planifiés. La ministre Groen rappelle également que le chantier Albert a commencé en août 2020. 

"Il manque du leadership sur ce dossier, déplore David Weytsman. Par expérience, je sais qu'il faut souvent challenger les équipes pour maintenir les délais". 

David Weytsman rappelle que pour le MR le métro est une priorité pour la relance économique, l'aménagement du territoire et la mobilité des Bruxellois. "Dans la majorité, en revanche, le métro n'est pas la priorité".

Le député MR regrette le fait que les échanges entre lui et la ministre lors de l'interpellation pendant la commission ce mardi aient été tendus . "On ne peut pas me reprocher de mentir ou de ne pas avancer sur ce dossier", a-t-elle expliqué lors de la commission. 

Interpellée également sur sa communication, la ministre s'est défendu : "Je préfère communiquer de manière claire et transparente pour que la population comprenne". En réponse à une autre question, la ministre a également assuré que son objectif était un métro 100% accessible aux personnes à mobilité réduite. "Même si nous n'avons pas encore tous les permis".