Un homme a été interpellé mercredi vers 05h00 du matin dans le palais de Justice de Bruxelles. On ignore toujours si quelque chose a été volé. C’est la direction de la sécurisation (DAB) de la police fédérale qui a constaté qu’un homme déambulait dans le palais de Justice. “Les services de sécurité de la police fédérale ont pu rapidement localiser et intercepter l’individu”, explique Sarah Durant, porte-parole du parquet de Bruxelles. “Il est actuellement entendu par les services de police.”

L’homme est né en 1999. L’enquête suit son cours pour déterminer les circonstances exactes des faits. Il a cassé une vitre au premier étage pour entrer dans le palais de Justice. D’après des informations obtenues sur place, il serait passé par l’escalier extérieur à gauche de l’entrée principale, normalement fermé au public, et serait entré dans le palais par le premier étage en cassant une vitre. Une vitre du greffe civil de la cour d’appel a aussi été brisée, de même qu’une autre sur son trajet jusqu’à ce bureau.

Des sources dans le palais avancent que le suspect aurait été interpellé avec des dossiers du parquet général en main, mais cela n’a pas été confirmé par le parquet de Bruxelles pour l’instant. En raison du cambriolage, le palais de Justice n’a pas ouvert ses portes au public avant 09h00. Une longue file d’attente s’est donc formée à l’entrée, tandis que les audiences ont commencé avec du retard.

Ce n’est pas la première fois que le manque de sécurité au sein du palais de Justice est pointé du doigt. Une tendance vise notamment à escalader en toute illégalité les échafaudages pour profiter d’une vue panoramique depuis la coupole située à 116 mètres de hauteur. Nous avions rencontré un jeune en 2018 qui s’était risqué à cette pratique et qui s’étonnait de la facilité d’accès à certaines pièces du palais de Justice accessibles depuis les fenêtres.

“Cela indique le caractère problématique de la présence de ces échafaudages en termes de sécurité du Palais, c’est une évidence. Mais ces individus ne réalisent pas le risque qu’ils encourent. En effet, se livrer à ce type d’exercice est très dangereux car les échafaudages ne sont pas en bon état. Cela montre le côté complètement inepte de la situation dans laquelle on se trouve”, avait alors regretté Luc Hennart, président honoraire du tribunal de première instance.

© BELGA
© BELGA
© BELGA
© BELGA
© BELGA
© BELGA
© BELGA