Cela fait plus de trois semaines que les ouvriers de l’atelier central de la Ville de Bruxelles fourmillent au rez-de-chaussée du palais de la Bourse de Bruxelles, actuellement en plein désossage. Dans un vacarme assourdissant, ils libèrent les milliers de lattes de plancher colées au goudron au marteau-piqueur et à la disqueuse.

D’autres nettoient sommairement les lattes au marteau tandis que les derniers les empilent sur les palettes. Fin de semaine passée, ils avaient retiré près de 1 200 m² de plancher en chêne, en vue d’une vente aux enchères organisé à la fin du mois par le Mont-de-Piété.

"Nous avons à peu près 55 palettes de 20 m2", détaille la cheffe de projet de La Bourse, Nel Vandevannet. "Le Mont-de-Piété organise deux séances les 30 septembre et 7 octobre prochains de 10 h à 19 h. Les personnes intéressées peuvent venir à La Bourse." Cette vente aux enchères s’inscrit dans la volonté de la Ville de Bruxelles d’optimiser l’économie circulaire. "Le but n’est pas de faire un bénéfice. Il n’y a pas de mise à prix de départ. Les acheteurs seront invités à glisser une enveloppe dans une urne qu’ouvrira un huissier. Les meilleures offres repartiront avec leurs palettes. C’est un morceau de patrimoine. Nous pensons que cela pourrait intéresser de nombreux Bruxellois."

D’autant que ce plancher est classé puisque l’ensemble de La Bourse l’est. "En fait, c’est un peu comme si l’on achetait une portion classée de la Bourse. Comme si l’on avait un petit bout de la Bourse dans son salon…" Pour organiser cette vente aux enchères, la Ville a obtenu l’aval des Monuments et Sites.

Aux origines - en 1869 lors de sa construction selon les plans de l’architecte Léon-Pierre Suys -, le sol de la Bourse de Bruxelles était recouvert d’un Granito mosaïqué. Joli, mais jugé trop poussiéreux, il a été recouvert d’un plancher en 1890. Usé par les semelles des traders, ce plancher a été remplacé à maintes reprises, jusqu’en 1950. À terme, un Granito de la même facture couvrira le sol de La Bourse.

L’idée étant de restaurer la Bourse à l’identique. Ainsi, les colonnes en faux marbre de couleur ocre seront restaurées ou les corbeilles à hauteur d’homme destinées aux négociations des traders seront replacées. "La Bourse de Bruxelles révèle de nombreux secrets", poursuit Nel Vandevannet (lire ci-dessous). En grattant la peinture, nous avons ainsi retrouvé de nombreuses marques au crayon de bois. Il s’agit des cotes et autres enchères des traders, à même le mur. Nous allons en sauvegarder quelques-unes."

En 2023, le palais de la Bourse de Bruxelles sera entièrement restauré. Le rez-de-chaussée sera ouvert au public. Il reliera la place de la Bourse et la petite rue au Beurre. Aux étages s’installera un immense musée de la bière équipé d’une terrasse et d’un bar sur le toit de la Bourse.