Bruxelles

L’entreprise n’a pas été simple. Le plus grand centre de jeux en ligne de Belgique était d’abord annoncé pour le mois de mai, puis pour la fin octobre. Entre-temps, le projet a également changé de nom. Initialement, le Gaming Center devait s’appeler Botkamp pour finalement être baptisé Dude Online. Désormais, Marc Siebert le gérant l’assure : l’endroit ouvrira sans faute le 8 janvier. Pour le plus grand plaisir des gamers

Dans ce projet, on retrouve une fois de plus le chantre du café bruxellois, Frédéric Nicolay. Il a jeté son dévolu sur une ancienne banque - des ateliers seront donnés dans l’impressionnante salle des coffres-, au coin de l’avenue de la porte de Hal et de la chaussée de Waterloo. Juste à côté d’une autre de ses créations, le Potemkine, aujourd’hui fermé. Ce n’est pas l’aménagement du lieu, assez brut et industriel qui a retardé l’inauguration mais plutôt des problèmes dans l’approvisionnement du matériel informatique. En effet, les concepteurs voulaient que leur bébé soit équipé de matériels dernier cri, de PC aux cartes graphiques surpuissantes, non encore sortis dans le commerce. La livraison des 130 ordinateurs a donc pris plus de temps que prévu.

Mais Dude Online ambitionne d’être plus qu’un centre de jeux. Il offrira la possibilité de boire un verre - non alcoolisé - ou de grignoter un bout. Il sponsorisera aussi une équipe de joueurs pros qui se lancera dans les compétitions internationales de jeux vidéos. En outre, l’endroit se veut aussi centre de formation aux nouvelles technologies avec l’organisation de divers ateliers et formations.

Cette idée a germé dans l’esprit de Marc Siebert et a séduit son collaborateur, Frédéric Nicolay. "J’ai vécu en Suède au-dessus d’un centre de jeux durant deux ans. Il était toujours plein à craquer. On n’y trouvait pourtant pas grand-chose de spécial. Je pense donc qu’il y a une demande pour ce type d’endroit", explique le gérant.

Mais pourquoi donc se déplacer alors que tout le monde, ou presque, a un ordinateur à la maison ? "Pour le contact social et l’équipement de pointe qui sera régulièrement renouvelé", vante Marc Siebert.