« Le Poetik Bazar est né du désir de donner une scène à la diversité de la poésie urbaine » explique Anna Mollière, coordinatrice du marché. « Le but, c’est de dépoussiérer la poésie comme on la voit à l’école. » C’est aussi pourquoi, outre les stands d’éditeurs, le Poetik Bazar a prévu des performances musicales, du slam, des lectures et présentations de livres, des tables rondes et des ateliers… même pour les bébés ! « Sur le marché, le but est aussi de faire de l’introduction à la poésie. De montrer qu’elle est vivante même en dehors des livres » confirme Anna Mollière. La poésie sera donc présente au Be-Here, mais aussi un peu partout dans Bruxelles, comme au Théâtre National, à Passa Porta ou au Théâtre 140.

Un moment d’unité en deux languesChose assez rare que pour être soulignée, le Poetik Bazar proposera aussi bien de la poésie francophone que néerlandophone. « C’était un désir d’associations des deux communautés de faire passer un message qu’une entente existe. C’est un message positif ! » En misant sur ce pari du bilinguisme, le Poetik Bazar espère attirer les foules pour cette première éditions, et table sur la présence de 2.000 personnes