Il a été condamné à une peine d'un an de prison avec sursis, à la confiscation de 2,2 millions d'euros et à une interdiction d'exercer une activité commerciale pendant cinq ans. La Cour a rejeté le pourvoi sur le plan pénal, mais a néanmoins cassé très partiellement l'arrêt sur un point relatif aux indemnisations prononcées à l'encontre de Stéphan Jourdain, a précisé le parquet général de la Cour de Cassation, mercredi. Il n'y a donc pas de renvoi du dossier vers une nouvelle juridiction de fond.

Le 23 mars dernier, la cour d'appel de Bruxelles a confirmé le jugement rendu en 2017 à l'encontre de l'ancien patron du Cercle de Lorraine, Stéphan Jourdain, pour des opérations financières qualifiées d'abus de biens sociaux au sein d'une société dont il était propriétaire, et de faux fiscaux. La cour a néanmoins réduit la peine de 18 mois à un an de prison avec sursis et la confiscation de 2,5 à 2,2 millions d'euros. Elle a par ailleurs prononcé à l'encontre de celui-ci une interdiction d'exercer une activité commerciale pendant cinq ans.

Stéphan Jourdain, aujourd'hui retiré des affaires, a toujours contesté les infractions mises à sa charge par le parquet qui l'avait cité directement en justice sans ordonner d'instruction. Il avait décidé de former un pourvoi en cassation après le prononcé de l'arrêt de la cour d'appel, ses avocats estimant qu'il y avait des motifs en droit pour contester l'arrêt de la cour.