Bruxelles

Les associations de taximen qui avaient déposé un préavis de grève et annoncé une manifestation pour le 26 novembre prochain ont décidé de lever ce préavis tout en maintenant leur niveau de vigilance, a annoncé vendredi matin le cabinet du ministre-président Rudi Vervoort. 

Cette décision a été prise à la suite d'une réunion, jeudi, entre le cabinet du ministre-président bruxellois et Khalid Ed-Denguir, représentant des quatre associations dépositaires du préavis. Selon le cabinet, M. Vervoort y a confirmé le caractère indispensable d'une réforme dans l'intérêt des usagers, professionnels et travailleurs et s'est engagé à la mener en concertation avec tous les représentants du secteur. Les organisations représentatives des taxis bruxellois Taxis United, ATB et UPETTC avaient appelé mardi à une action de protestation le 26 novembre 2019 à partir de 09h30 à la Gare du Nord, pour manifester leur mécontentement en l'absence de réforme dans le secteur. Un préavis de grève avait été déposé la veille.

Les chauffeurs de taxi à Bruxelles se plaignent depuis des années de la concurrence déloyale qu'entraînerait la société Uber. Les chauffeurs Uber, qui transportent des passagers avec des autorisations pour limousines, ne sont pas soumis aux mêmes règles ni à l'obligation de posséder une licence qu'ont les chauffeurs de taxi.

Le gouvernement précédent avait proposé une réforme, mais les mesures nécessaires pour la concrétiser n'avaient pu être prises.

Le cabinet du ministre-président a rencontré jeudi Khalid Ed-Denguir, en tant que représentant des associations dépositaires du préavis de grève du 26 novembre.

"Sur base des éléments échangés et compte tenu des problèmes structurels rencontrés par le secteur, il est indéniable qu'une réforme est nécessaire; le ministre-président confirme le caractère indispensable de cette dernière dans l'intérêt des usagers, professionnels et travailleurs", a indiqué le cabinet de Rudi Vervoort vendredi matin, dans un communiqué adressé à l'agence Belga.

Pour le ministre-président, les taxis bruxellois sont "un service d'utilité publique qui doit être protégé face à une concurrence parfois déloyale". M. Vervoort a ajouté que "le dialogue et la concertation" étaient au cœur de sa démarche. "J'entends mener cette réforme avec tous les représentants du secteur Taxi & Limousines", a-t-il souligné.

Selon le cabinet de M. Vervoort, à la suite de cette réunion, "dans une démarche de concertation sociale avec la Région, les associations ont décidé de lever le préavis de grève tout en maintenant leur niveau de vigilance".