Le Fonds du Logement lance un projet-pilote de prêt à 0 %.

Permettre aux personnes âgées ou handicapées de rester le plus longtemps possible vivre chez elles, voilà ce que propose le Fonds du Logement en lançant un projet pilote de Prêt Autonomie. Il s’agit d’un prêt à 0 % destiné aux personnes handicapées ou malades pour leur permettre d’acheter du matériel adapté à leur situation ou de faire les adaptations nécessaires dans leur maison. "La population bruxelloise comporte un grand nombre de personnes vieillissantes", indique le cabinet de Céline Fremault (CDH), ministre bruxelloise du Logement.

Près de 10 % de la population a plus de 65 ans. Le prêt en question ne serait accessible qu’aux personnes de 60 ans et plus et aux personnes handicapées répondant aux critères des crédits hypothécaires. Il vient combler un manque puisque le service Phare apportait déjà une aide financière aux personnes handicapées de moins de 65 ans.

Autres conditions : le montant doit être compris entre 500 et 25.000€ et pour une durée de minimum 18 mois. Un budget de 200.000€ est prévu sur les fonds propres du Fonds du Logement. Cela permettra d’accorder entre 10 et 20 prêts à taux zéro lors de cette phase de test, aussi bien aux propriétaires qu’aux locataires. "Ce projet-pilote va permettre de voir si un tel mécanisme suscite de l’intérêt auprès des bénéficiaires visés", note la ministre.

Pour sélectionner les dossiers, le Fonds du Logement travaille en partenariat avec l’ASBL Solival, experte dans les diagnostics d’équipements pour le maintien à domicile. Dans ses locaux, situés à Berchem-Sainte-Agathe sur le site du centre hospitalier Valida, l’ASBL a reproduit toutes les pièces d’une maison et y a installé les aides techniques nécessaires à une personne en situation de handicap. Les personnes qui le souhaitent peuvent tester tous les équipements et demander des conseils. Rien n’est à vendre ni à louer. "L’objectif, c’est que les personnes puissent toucher et essayer le matériel. Ils sont accompagnés d’une ergothérapeute qui montre le matériel qui pourrait être utile en fonction des déficiences de la personne", explique Jean-Benoit Dufour, directeur de Solival.

Et pour ceux qui ne savent pas se déplacer, l’ASBL propose aussi des visites à domicile. Dans tous les cas, les personnes repartent avec un dossier listant les adaptations nécessaires. "Et après, la personne en fait ce qu’elle veut !" "C’est indispensable pour ces personnes de pouvoir rester chez elles. Non seulement d’un point de vue social, financier, mais aussi psychologique", commente le directeur. "Je pense que le prêt pourra aider certaines personnes à entamer des travaux qu’elles n’auraient pas l’occasion de faire autrement."

Si ce projet-pilote fonctionne, Céline Fremault souhaiterait généraliser le mécanisme pour l’ouvrir à tout le monde et faire approuver un arrêté au gouvernement en ce sens.

Une vraie alternative"

Céline Fremault ministre bruxelloise du Logement (CDH).

"La question du vieillissement a bougé ces dernières années. Aujourd’hui, on vit plus longtemps et en meilleure santé. Toute une série de mesures sont fondamentales pour permettre aux personnes âgées une meilleure qualité de vie. Souvent le fait de rester à domicile est une priorité tant pour la personne âgée que pour les personnes qui lui sont proches. Les repères y sont connus. Trop de personnes âgées n’arrivent pas à payer les adaptations de leur logement et sont obligées de le quitter pour aller en maison de repos. Le prêt autonomie est une vraie alternative."