Dans l'appartement où s'est déclaré l'incendie, une jeune mère enceinte de son quatrième enfant, Anitha, a trouvé la mort en se défenestrant pour tenter d'échapper aux flammes.

Dans l'affaire de l'incendie du 17 janvier 2017 dans un appartement d'un immeuble du Foyer schaerbeekois situé rue Séverin, le procureur du Roi a requis mardi matin devant le tribunal correctionnel de Bruxelles une peine d'amende, sans en préciser le montant, et s'est dit non opposé à un sursis total, estimant que les locataires seraient les premiers pénalisés.

Le procès se poursuivra mardi prochain à 09h00 avec les plaidoiries de la défense. Dans l'appartement où s'est déclaré l'incendie, une jeune mère enceinte de son quatrième enfant, Anitha, a trouvé la mort en se défenestrant pour tenter d'échapper aux flammes. Son mari, lui aussi présent, avait pu s'extirper de l'appartement après avoir sauvé leurs trois enfants. Deux d'entre eux ont toutefois été gravement brûlés. Le Foyer schaerbeekois, une Société Immobilière de Service Public (SISP), a été renvoyé en correctionnelle, en tant que personne morale, pour homicide involontaire par défaut de prévoyance ou de précaution, coups et blessures involontaires et incendie involontaire. Sa responsabilité est mise en cause du fait qu'il n'avait pas changé en 2015 l'ensemble des détecteurs de fumées placés en 2005, leur durée de vie étant de 10 ans.

L'audience s'est ouverte mardi matin avec seconde partie des plaidoiries de la partie civile. "Chacun cherche à diluer sa responsabilité dans ce dossier", a estimé Me Olivier Martins. "Dire qu'il n'y a pas de lien de causalité entre les défauts de détecteurs et la mort de sa femme et les blessures de ses enfants est contraire à la réalité." Me Alexandra Benoit a conclu en demandant 2.600 euros de dédommagement pour l'absence de logement jusqu'au 7 février 2017, 15.000 euros pour les meubles, 4.000 euros pour le débat précipité et le traumatisme ainsi que 5.000 euros pour les enfants.

Le procureur a lui estimé que si la guirlande en cause n'était pas faite pour fonctionner 24 heures sur 24, cela ne faisait pas disparaître la responsabilité du Foyer schaerbeekois. Il a remarqué que seul un détecteur s'était déclenché dans tout l'immeuble lors de l'incendie et a pointé un défaut de prévoyance ou de précaution. Il a estimé que si un détecteur de fumée fonctionnel avait été présent dans l'appartement, les victimes s'en seraient sorties indemnes.