120 ans après son décès, Georges Brugmann continue à faire parler lui ! Passé à la postérité pour ses financements dans les soins de santés et l’hôpital auquel il a donné son nom, ce mécène bruxellois a également fait don de nombreux terrains aux communes d’Ixelles, Uccle et Forest.

© D.R.

Des dons assortis des conditions (la "Convention Brugmann"), aujourd’hui remis en lumière par les opposants au projet Carrefour Molière à Ixelles, grâce à des recherches "quasi archéologiques" aux archives du SPF Justice.

© D.R.

"Le mécène a en effet interdit que les parcelles dont il faisait don puissent être bâties sur plus de 60% de leur surface dans le Quartier Berkendael. Et cette interdiction de bâtir sur plus de 60% des parcelles ayant appartenu à G. Brugmann est encore valable actuellement", défend le comité Chapelié-Molière-Waterloo.

Pour rappel, un projet prévoit la démolition du Carrefour Molière (chaussée de Waterloo à Ixelles) et la construction d’un complexe d’appartements, de bureaux et un nouveau supermarché.

"Or le projet de nouveau supermarché et de 72 nouveaux logements envisagé par Fédérale Assurance n’a tenu aucun compte de cette "Convention Brugmann" et excède cette limite des constructions voulue par G. Brugmann", dénonce le comité de riverains.

Le dossier sera sur la table de la commission de concertation de ce mercredi 13 octobre. "Les riverains veilleront à ce que la mémoire et la volonté du mécène Georges Brugmann soient respectées. Nemo legem ignorare censetur (ndlr : nul n’est censé ignorer la loi)", conclut le comité.

© D.R.