Dans la journée de samedi, les habitants de l'avenue des Ormeaux constataient la présence d'une inscription "Juif" taguée, à la peinture noire, sur un muret, à proximité d'un cabinet dentaire. Les identités des personnes résidant là étaient également taguées, à l'exception d'une, probablement laissée de manière à rappeler ce qu'il s'est passé avant et pendant la Deuxième Guerre mondiale dans l'Allemagne nazie.

© C.B.

L'inscription "Juif" a depuis lors été effacée. Mais le bourgmestre d'Uccle a été informé. M Boris Dilliès se rendait sur place lundi en fin d'après-midi. Contacté par nos soins, il parle d'un "acte inqualifiable" et confirme qu'une enquête est actuellement en cours pour essayer de mettre le grappin sur le, ou les, "décérébrés" qui ont fait cela. L'enquête porte, notamment, sur l'écriture. Elle s'effectue aussi par l'exploitation des vidéos, même "s'il n'y a pas de caméras partout". "En tout cas, insiste le bourgmestre d'Uccle, il n'est pas question de laisser passer, évidemment".

Joël Rubinfeld, de la Ligue belge contre l'antisémitisme, a également été avisé. "Les mêmes inscriptions, a-t-il réagi lundi, que l'on infligeait aux vitrines des magasins appartenant à des Juifs pendant la Deuxième Guerre mondiale".

Déjà fin décembre, une inscription similaire avait été taguée à même la chaussée de l'avenue Château de Walzin. Il était écrit, également à la peinture noire, "Juif = Nazi". Cela se passait le 21 décembre 2021 et l'on peut observer, en les comparant, que le scripteur écrivait le "J" exactement de la même façon que samedi à l'avenue des Ormeaux. A-t-on affaire au(x) même (s) individus? Les lieux sont distants d'à peine 400 mètres, via l'avenue Bourgmestre Jean Hérinckx et l'avenue Messidor.

© D.R.

Selon nos informations, un P.-V. a été dressé et le parquet de Bruxelles sera informé. Une enquête est en cours. Des vérifications (caméras notamment) sont prévues. L'équipe antitags de la commune d'Uccle est mobilisée.