Le gérant du Relais s'attend à une perte de 85 à 90% de son chiffre d'affaires durant la période du lockdown.

L'annonce du lockdown constitue une véritable catastrophe pour le secteur de l'horeca. Bon nombre d'établissements ont réadapté leur manière de travailler en développant un service de livraison. Du côté du Relais Saint-Job, à Uccle, on craint une diminution de 85 à 90% du chiffre d'affaires.

Seule éclaircie dans la grisaille, cet établissement a ouvert un service traiteur en 2016. Ce service va permettre de limiter l'impact sur la santé financière de l'établissement mais les semaines qui arrivent s'annoncent malgré tout extrêmement compliquées.

"Nous engageons 22 employés à temps plein et nous avons été contraint de mettre 20 de nos employés au chômage temporaire. Seuls les deux employés qui sont habilités au service traiteur continuent de travailler", explique Thierry Groeteclaes, gérant du Relais Saint-Job. "Les conséquences financières vont être importantes. Nous nous attendons à perdre 85 à 90% de notre chiffre d'affaires."

© Bauweraerts

Thierry Groeteclaes espère dès lors augmenter le chiffre du traiteur pour essayer de couvrir une partie des frais fixes qui courent comme le loyer, l'assurance, les abonnements informatiques, la gestion des poubelles, etc. 

Il dit comprendre les mesures fortes qui ont été prises mais déplore le fait qu'aucune compensation ne soit prévue pour les petits indépendants.

"Rien n'est prévu pour les indépendants et les dirigeants. Moi, j'ai 60 ans, cela fait longtemps que j'ai la chance de travailler et j'ai dès lors pu mettre un peu d'argent de côté. Mais je plains les petits indépendants qui lancent leur activité maintenant car aucun dédommagement n'est prévu pour eux pour le moment", fustige-t-il. "Seuls les gens sous contrat ouvrier et employé perçoivent un dédommagement pour cas de force majeur mais tous les indépendants, qu’ils soient patrons ou non, ne reçoivent rien du tout. Ils se retrouvent à poil !"

Un autre coup dur pour le Relais : la gestion des stocks. "Nous avons appris jeudi soir que nous devrions fermer notre restaurant le lendemain. Mais nous avions encore beaucoup de stock en réserve et toute cette marchandise est perdue. Cela constitue également une perte importante."

Selon lui, la situation devrait rester en l'état au moins jusqu'à la fin du mois d'avril.

Le Relais Saint-Job, 3 place Saint-Job à Uccle. Téléphone : 02 375 23 01