Après trois années de recherche et de restauration, le célèbre retable de saint Georges (1493) de Jan II Borman resplendit de nouveau au Musée Art & Histoire (MRAH) du Cinquantenaire. Spectaculaire, le retable mesure pas moins de 5 mètres de large et 1,60 mètre de haut, avec plus de 80 figures minutieusement détaillées.

L’étude interdisciplinaire, menée en collaboration avec l'Institut royal du Patrimoine artistique (IRPA), a conduit à des découvertes inattendues et a permis d'élucider des mystères séculaires, indique le musée dans un communiqué. Pour examiner le retable sous tous ses angles et le nettoyer en profondeur, les 48 éléments en bois composant les scènes ont été soigneusement démontés. 

À côté de divers fragments de bois qui s’étaient détachés au fil des ans, comme des doigts, des boucles d’oreilles et des détails architecturaux, Emmanuelle Mercier et son équipe ont découvert, cachés sous les scènes, une petite figure en prière sculptée. L'analyse au radiocarbone révèle que le bois date de l'époque du retable. "Borman a peut-être caché cet ex-voto en guise de prière ou de remerciement. En démontant la scène centrale, les restaurateurs de l’IRPA ont également trouvé un morceau de parchemin de leur prédécesseur, un certain Sohest, qui y indique avoir restauré le retable en 1835."

© D.R.

L'ordre illogique des scènes a finalement pu être expliqué en étudiant les emplacements des chevilles et des clous originaux utilisés pour fixer les scènes dans la caisse. Ceux-ci montrent clairement que Sohest a démonté, puis replacé les scènes dans un autre ordre pour une raison encore inconnue. Au cours de la restauration actuelle, le sens du récit établi par Jan II Borman a finalement été restitué.

Ainsi, après près de deux siècles, les groupes de statuettes sculptées ont retrouvé leur emplacement d'origine dans ce chef-d'œuvre monumental, qui a également été soigneusement restauré. Ce projet a été rendu possible grâce au soutien de la Fondation Roi Baudouin (Fonds René et Karin Jonckheere). Dès ce samedi 24 avril, le retable de Saint Georges sera à nouveau exposé dans la section Gothique-Renaissance-Baroque du Musée Art & Histoire. Pendant trois semaines, les visiteurs pourront aussi admirer la statuette datant de la fin du Moyen Âge et le message d'un restaurateur du XIXe siècle, tous deux soigneusement dissimulés à l'intérieur de l'œuvre d'art.

© D.R.