Le traditionnel salon de l’auto de Bruxelles, prévu du 15 au 24 janvier prochain, aura-t-il lieu ? C’est la question que se pose tout le secteur de l’automobile en Belgique. "Une décision sera prise ce lundi soir sur un maintien ou non du salon, en concertation avec les autorités publiques et les exposants", explique Joost Kaesemans, le directeur de la communication de la Febiac, la Fédération belge de l’automobile et du cycle. "L’option de reporter le salon à une date ultérieure n’a pas été reprise."

L’événement, qui se tient annuellement au Palais du Heysel à Bruxelles, est plus que jamais mis en péril par la recrudescence de la pandémie du Covid-19 dans notre pays.

Une chose est déjà acquise : s’il a lieu, ce rendez-vous des amateurs d’automobile sera bien différent des salons précédents. Avec les règles sanitaires en cours, le Palais des expositions ne pourra ainsi accueillir qu’un maximum de 100 000 visiteurs sur les 10 jours, contre près de 500 000 en temps normal.

Depuis des mois, la Febiac planche ainsi sur un projet de salon alternatif, avec, notamment, un parcours fléché obligatoire pour éviter que les gens ne se croisent. L’accès aux véhicules serait aussi limité. Notons enfin que différents constructeurs, comme Hyundai ou Mitsubishi, ont déjà annoncé qu’ils ne viendraient pas cette année à Bruxelles.