La volonté du Fédéral de fermer à terme le Petit-Château à Bruxelles, centre d'arrivée pour les personnes souhaitant introduire une demande de protection internationale, a été confirmée vendredi par le nouveau secrétaire d'État à l'Asile et la Migration, Sammy Mahdi, dans sa note d'orientation politique.

Le responsable CD&V pointe du doigt les files d'attente à l'entrée de cette ancienne caserne qui sert de centre de premier enregistrement d'une demande d'asile ainsi que de premier accueil. Il envisage de travailler par rendez-vous, gérés depuis un autre endroit. "La structure et la situation du Petit-Château ne sont pas optimales et le centre d'arrivée déménagera à l'avenir à un endroit mieux adapté", écrit-il. M. Mahdi confirme par ailleurs les éléments de l'accord de gouvernement, comme la volonté de prévoir des places tampons pour réagir rapidement à des circonstances fluctuantes. De telles réserves ont un coût, reconnaît-il, mais moins onéreux toutefois que des places que l'on doit créer en urgence chaque fois que la pression augmente sur le réseau. 

Le secrétaire d'État, lui même issu de l'immigration - son père est un réfugié politique irakien et sa mère flamande - veut aussi mieux encadrer les possibilités d'activités journalières des demandeurs d'asile, comme le travail dans des exploitations agricoles pour répondre à la pénurie de travailleurs saisonniers. En matière de regroupement familial, l'accord de gouvernement prévoit que les conditions "seront évaluées à la lumière de la législation des pays voisins et seront revues, sur cette base, si nécessaire, afin de les rendre plus conséquentes".

Ce sera un durcissement, selon M. Mahdi: le contrôle sera renforcé pendant la période de séjour conditionnel et les communes ne pourront plus octroyer automatiquement une carte de séjour à un membre de la famille si l'Office des Étrangers n'a pas pris dans les délais impartis une décision de regroupement familial.