Bruxelles Les budgets octroyés à l’art-thérapie ont doublé en 2016. Parmi les bénéficiaires, une troupe de théâtre exceptionnelle.

En 2016, la Région bruxelloise a décidé d’augmenter les budgets consacrés à l’art-thérapie, passant de 99.673 € en 2015 à 182.100 € en 2016. L’objectif : octroyer plus de moyens aux associations utilisant l’art et la culture comme approches thérapeutiques. Au total, 13 associations bruxelloises sont impactées par cette mesure. Six d’entre elles agissent directement dans les hôpitaux, et les sept autres en dehors. Parmi celle-ci, on retrouve la Troupe du possible, fondée en 2002.

La particularité de cette Troupe est qu’elle réunit des personnes issues de mondes psychiques, sociaux et culturels parfois présentés par la société comme très éloignés, voire incompatibles, autour de la création de spectacles. "Le fait d’avoir intégré cette troupe de théâtre m’a énormément aidé. Cela permet de structurer mon temps et de me faire des amis", explique Benjamin, 69 ans. Cet homme a eu des problèmes de dépression dans le passé et a intégré l’équipe il y a cinq ans.

Farid Ousamgane a fondé cette troupe il y a 13 ans. "On faisait au départ des ateliers dans un hôpital psychiatrique, la clinique Fond’Roy à Uccle. Mais cette structure se révélait assez frustrante pour les animateurs comme pour les patients, explique Farid. Nous nous sommes donc constitués en ASBL et nous réunissons 2 à 3 fois par semaine au Club Antonin Artaud, à Bruxelles-Ville, qui est une structure psychiatrique extra-hospitalière de Bruxelles", explique ce psychanalyste et metteur en scène de formation.

La Troupe est aujourd’hui constituée de 30 participants de tous âges. "Nous accueillons tout le monde, qu’ils soient névrosés, psychotiques, schizophrènes, dépressifs et même les gens dits normaux , et il ne faut pas obligatoirement être un bon danseur ou bon comédien pour participer, ajoute Farid. Les pièces que je mets en scène sont très métaphoriques. On reproduit des tableaux comme dans des spectacles de danse, et il n’y a pas de dramaturgie claire comme dans le théâtre bourgeois." Le processus de création se veut ainsi mouvant, varié et adapté à la singularité de chaque comédien, "qui y trouve un épanouissement personnel et un moyen d’expression original".

"Le résultat final apparaît comme le fruit d’une solidarité et d’une harmonie entre tous les membres de la troupe", conclut Farid. Leur dernière surprenante création, Summer (Time !) est à voir au théâtre Varia les 31 mars et 1e avril 2017.


Plus d’infos : www.latroupedupossible.be et www.varia.be/summer-time/