Par ailleurs, une aide de 800 000 euros est débloquée pour venir en aide aux commerces.

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Ce mardi matin, le collège de Saint-Josse a décidé d'ouvrir les bains de Saint-Josse aux personnes sans-abri pour leur permettre de prendre une douche.

"Nous avons décidé en concertation avec le service prévention de rendre accessibles les bains de Saint-Josse, fermés depuis deux semaines, aux personnes sans abri", explique le bourgmestre Emir Kir. "Nous ouvrons les bains quatre fois par semaines. Deux fois pour les hommes le mardi et le jeudi de 9h à 10h, et deux fois pour les femmes le mercredi et vendredi de 9h à 10h."

Pour en arrive à ce projet, il a fallu équiper les travailleurs de masques de protection. "Par ailleurs, nos équipes sont dotées d'un thermomètre thermique qui mesure la température de chaque personne sans-abri et en cas de fièvre, la personne est renvoyée vers les équipes de santé", explique-t-il.

Un plan d'urgence pour soutenir les commerces

Par ailleurs, le collège a approuvé un plan d'urgence pour venir en aide aux commerçants. Concrètement, une enveloppe de 800 000 euros a été débloquée pour venir en aide à environ 400 commerces.

"Les commerces de Saint-Josse sont pour la plupart des petits commerces familiaux avec souvent très peu de travailleurs. La crise sanitaire que nous vivons risque de mettre en très grande difficulté les commerces et il a donc été décidé de prendre différentes mesures pour leur venir en aide", rappelle Emir Kir.

Ainsi, une prime forfaitaire de 2000 euros est octroyée à chaque commerce, qu'il soit ouvert ou fermé. "Nous n'avons pas fait de distinction entre les commerces ouverts ou non. Pour nous, il est essentiel de soutenir ceux qui continuent à travailler car cela relève quasiment de l'héroïsme et il était important de ne pas faire de distinction", explique l'édile tennoodois.

Les commerces qui souhaitent bénéficier de cette aide ont jusqu'au 30 septembre pour introduire leur demande.

Par ailleurs, et comme déjà annoncé dans La DH ce lundi, la commune installe systématiquement des cloisons pour protéger les commerçants des clients, et éviter ainsi une propagation du virus. "Depuis ce weekend, des cloisons ont été installées dans une cinquantaine de commerces et on devrait prochainement franchir la barre des 100", conclut Emir Kir.