Nombre de recommandations du comité scientifique logement visent à rendre l’accès à un logement de qualité plus facile. Parmi les propositions, pointons le recours plus large à l’emphytéose, au droit de préemption, à l’imposition d’un nombre de logements abordables dans les plans d’aménagement directeurs (PAD), à la construction de logements abordables en guise de charges d’urbanisme, etc. 

Il vise aussi les logements insalubres via la mise en place d’un contrôle technique pour tous les logements mis en location. Ceux classés insalubres n’auraient pas accès au marché locatif. Le PUL prévoit une mesure du genre, peut-être moins répressive. Il s’agit d’une application recensant les logements insalubres. "Les logements répertoriés insalubres seront interdits à la location", affirme la ministre du Logement Nawal Ben Hamou (PS).