Trois mois d’attente minimum pour pouvoir prendre rendez-vous auprès d’un service communal à Molenbeek !", "Je me suis fait contrôler à Ixelles. Demande de permis, je lui dis que mon permis était toujours à la commune de Molenbeek depuis le 20 mai, il m’a dit de changer de commune." Sur les réseaux sociaux, les commentaires se plaignant de l’administration molenbeekoise sont nombreux. En cause : la lenteur de délivrance des documents et les délais, jugés trop longs, d’obtention de rendez-vous. Saïd a, par exemple, demandé une composition de ménage et un acte de décès de son père. "J’en ai vraiment besoin mais je finis par laisser tomber. Ça fait presque un mois, j’ai besoin de ces papiers pour clôturer les comptes de mon papa mais impossible d’obtenir quoi que ce soit."

Selon le Molenbeekois, cette lenteur est due à un manque de personnel. "À la commune, il n’y a personne derrière les guichets, juste des gens de la sécurité à l’entrée mais ils ne connaissent rien du système et ne savent pas répondre à nos questions. Un ordinateur public a été installé pour qu’on puisse avoir certains documents sans passer par le guichet mais il est toujours en panne. Et le call center ne répond pas ou très rarement, peu importe le moment où on essaie de les joindre."

Du côté des autorités locales, on confirme une forte affluence mais on relativise les délais. "Personne n’a renouvelé son passeport en 2020, donc ces demandes se sont ajoutées en quelques jours à celles de 2021. Nos services sont obligés de prioriser les demandes selon leur degré d’urgence. Les cas les moins urgents sont dès lors repoussés à plusieurs semaines mais jamais trois mois", assure Olivier Mahy (MR).

L’échevin de la Démographie invite les citoyens à préciser ce degré d’urgence. "Le problème, c’est que les gens veulent recevoir un rendez-vous tout de suite, sans spécifier l’urgence. On avait anticipé le phénomène en supprimant le télétravail de manière préventive et en augmentant le nombre de guichetiers et de plages horaires ouvertes au public, permettant les heures supplémentaires : des gens travaillent le samedi pour faire aboutir les procédures." Force est cependant de constater les retards. "Il y a un encombrement, comme il y a des bouchons sur les routes tous les ans. Mais pour l’instant, ceux qui doivent partir en vacances, partent en vacances. Il devrait y avoir une décrue mi-juillet."

D’autres communes connaissent également cette hausse, d’autant plus complexe à gérer que les fonctionnaires communaux partent aussi en vacances. La Ville de Bruxelles fait face à une grosse recrudescence des demandes de passeports et Kids-ID depuis deux semaines. "L’année passée, on a délivré 547 passeports sur tout le mois de juin 2020 et 480 en juillet. Là, on en délivre entre 60 et 90 par jour, indique le cabinet de l’échevin de l’État civil Ahmed El Ktibi (PS). Ça devrait se calmer dans la deuxième quinzaine."

À Evere, l’administration fait face à un autre souci : les personnes qui n’annulent pas leur rendez-vous. "À l’approche des vacances, vous êtes extrêmement nombreux à avoir besoin d’un rendez-vous à la maison communale pour vos papiers d’identité. En juin, près de 280 personnes par semaine ne se sont pas présentées à leur rendez-vous pris. Soit 280 créneaux perdus pour les autres citoyens en attente de rendez-vous. Soyez responsables : si vous ne pouvez pas venir, pensez à annuler votre rendez-vous afin que nous puissions le donner à quelqu’un d’autre."

Du côté de Schaerbeek, la situation s’est calmée. En mai, l’échevin de la Population invitait les citoyens à s’y prendre à l’avance tant les services croulaient sous les demandes de passeports. "Ça a été assez compliqué pendant les mois de mai et juin, les files étaient longues. En juillet et août, ça devrait être très calme. On s’attend à une nouvelle hausse en septembre avec la rentrée des classes et les demandes administratives des étudiants étrangers", explique le cabinet de Quentin van den Hove (Open-VLD).