Le restaurant Art Nouveau vient de rouvrir ses portes. Les nouveaux propriétaires fourmillent de beaux projets pour faire revivre l’ancien hôtel Cohn-Donnay. Visite en avant-première.

Le célèbre restaurant Art Nouveau De Ultieme Hallucinatie, rue Royale à Schaerbeek, a rouvert ses portes mardi dernier. Au menu : une cuisine belge typique 100% maison : du waterzooï de poissons aux croquettes (crevettes ou fromage) en passant par la carbonnade flamande ou les desserts. Après avoir été fermé durant de longs mois, cet établissement lové dans l’ancien hôtel aménagé par l’architecte Paul Hamesse en 1904 pour la famille Cohn-Donnay s’offre une troisième jeunesse grâce à la reprise du bien par plusieurs investisseurs passionnés, entre autres, d’architecture.

"C’est un projet de cœur", commente Pierre Langlois, l’un des investisseurs. "Nous avons le temps de faire les choses bien car nous n’avons pas besoin d’une rentabilité immédiate. Notre objectif est d’exploiter les différentes parties du bâtiment au fur et à mesure. Avant toute chose, nous prévoyons de gros travaux de rénovation afin de sublimer l’âme Art Nouveau de ce bâtiment", dont le rez-de-chaussée et le 1er étage sont classés. 

Les fins de soirées de Joynny Hallyday

Peu le savant mais l’Ultieme Hallucinatie cache une discothèque dans ses sous-sols. "Johnny Hallyday y venait souvent finir ses soirées bruxelloises", révèle Pierre Langlois. "Il a fêté son anniversaire ici à deux reprises. ZZ Top et INXS y sont passés également tandis que Bryan Adams a même voulu y jouer un concert à l’époque." Cette discothèque située au niveau -2 et les caves situées au niveau -1 seront mis à la location pour des événements privés.


L’avant de la bâtisse a quant à elle gardé l’empreinte Art Nouveau de l’époque. Les salons Empire et Mackintosh ainsi que les premières pièces, à l’entrée nous plongent dans l’ambiance du début du 20e siècle. Tout y a été construit sur mesure, des cache-radiateurs aux lustres majestueux à la banquette encastrée en passant par la table à manger billard (français) ou la petite table d’échec. Cette partie, protégée par quelques portraits d’époque de la famille Cohn-Donnay pourrait accueillir un restaurant gastronomique.

Un Airbnb 100% Art Nouveau

Aux étages supérieurs, l’idée des investisseurs est d’en faire un Airbnb… "Nous proposerions aux touristes de venir vivre quelques jours dans l’esprit de la famille Cohn-Donnay, qui avait commandé le réaménagement de cet hôtel de maître à Paul Hamesse en 1904." Mais encore, à l’arrière du bâtiment se trouve un pavillon de musique hors du commun. "C’est le musicien français Camille Pleyel qui l’avait fait construire pour son épouse, la virtuose Marie Moke, dans les années 40." Lui aussi devrait subir une cure de jeunesse, pour autant que les pouvoirs publics apportent leur soutien au projet.

Des histoires de ce genre, l’Ultieme Hallucinatie en regorge de toutes parts. "Lorsque nous avons racheté le bâtiment, nous avons retrouvé de très nombreuses photos d’époque ainsi que du mobilier Art Nouveau - certes dans un triste état - au grenier", poursuit Pierre Langlois. "C’est cela que nous voulons faire revivre : les innombrables histoires de cet incroyable hôtel de maître."