La grande majorité des jeunes de l’entité vivent très mal la dégradation de son image depuis les attentats du 13 novembre.

"Les jeunes ici dépensent tellement d’énergie pour donner une bonne image de leur commune. Ce qui est révélateur, c’est que, lorsqu’ils cherchent à lancer un projet, le premier réflexe est de lancer quelque chose qui en fasse la promotion", constate Aziz, un travailleur social de la commune de Molenbeek. 

Cet employé communal a lancé, voilà quelques mois, le projet Molenwood avec un groupe de jeunes de l’entité. Le concept : se former à la vidéo et réaliser des capsules humoristiques qui permettront de donner une meilleure image de leur commune. Un projet qui répond à l’énorme besoin d’expression que ressent la jeunesse molenbeekoise. 

"Ces attentats, les jeunes les vivent encore toujours très mal. Ils sont une des principales victimes de ces attentats. Aujourd’hui, ils veulent montrer une autre image de leur commune, ils en ont besoin !", insiste-t-il. "Avec ces capsules vidéo, on raconte la vie à Molenbeek, celle qu’on connaît. On ne se retrouve pas dans le Molenbeek des médias", indique Otman, 29 ans. "On n’est pas tous des terroristes. Avec nos vidéos, on peut montrer la commune comme elle est vraiment et toujours avec humour", complète Salim, 19 ans.

Un projet médiatique encadré par Nordine Oualdlhadj et Lezrek Omar, qui ont lancé en 2012 Camera Quartier, une série vidéo racontant avec humour le quotidien de jeunes de Schaerbeek. "Ils veulent désormais faire la même chose pour Molenbeek et revaloriser l’image de la commune. On est là, pour aider", lance Nordine Oualdlhadj. terme, pour avoir un meilleur matériel, l’idée est que les jeunes créent une ASBL et s’en occupent tout seuls", complète Aziz. "C’est la première fois que je fais des vidéos. C’est très chouette de se former. Et puis on a de bonnes idées", sourit, de son côté, Karim, 20 ans.

Se former aux techniques de réalisation et créer son propre média afin de raconter un autre Molenbeek que celui que les médias proposent, c’est également ce que fait un autre groupe de jeunes avec, cette fois, le projet Molem Zap.

Ce samedi, Jounaïd, Soukaïna, Mohamed, Adam et Ayman étaient ainsi présents au Centre communautaire maritime pour réaliser un petit reportage vidéo sur le Wam 1080, un projet permettant à 100 citoyens de faire des propositions pour l’avenir de la commune. "On veut montrer une autre image de Molenbeek que celle que nous montrent les médias", explique le petit groupe. À terme, le groupe Molem Zap espère pouvoir mettre en place un véritable média alternatif. "On s’est rendu compte qu’il fallait créer notre média pour qu’on puisse y mettre ce qu’on observe dans notre commune", explique Aziz, le travailleur social à la base du projet.

Molenwood et Molem Zap sont en tout cas loin d’être des initiatives isolées au sein de la jeunesse molenbeekoise. Nombreux sont en effet ceux qui ressentent le besoin de combiner promotion de l’image de la commune, appropriation du langage médiatique et projet de revalorisation personnelle. Alors qu’un groupe de jeunes a réalisé, en mai dernier, 100 portraits d’habitants, Eslem, une jeune femme de 19 ans, vient d’exposer, fin décembre, des clichés de l’entité. Les jeunes du nouveau pôle jeunesse ont, eux, décidé de créer… un nouveau journal !