En collaboration avec Lime et l'entreprise d'analyse de données AloAlto, l'institut Vias a lancé ce samedi matin une étude pour cibler les endroits dangereux de la capitale.

Ce samedi matin, l'institut Vias a, en collaboration avec AloAlto et Lime, lancé son étude "Safer Cities" afin de cibler les endroits dangereux pour les usagers de la mobilité douce. Une trentaine de volontaires ont dès lors reçu un bouton à placer sur leur trottinette Lime, qu'ils actionneront dans trois cas de figure: une simple pression s'ils témoignent d'une situation inconfortable, une double pression s'ils aperçoivent un lieu dangereux et une pression longue de trois secondes si un accident ou "quasi-accident" a lieu.

Les données seront récoltées durant quatre semaines pour ensuite être analysée et transmises à la Région bruxelloise à la fin de l'année.

"C'est la première ville dans laquelle nous opérons cette expérience, explique Benjamin Barnathan, general manager de Lime. "Nos utilisateurs nous ont signalé à maintes reprises que Bruxelles était une ville compliquée, avec un manque criant d'infrastructures pour les utilisateurs de la mobilité douce. Bruxelles est entièrement conçue pour les voitures et présente énormément d'endroits dangereux. Je pense notamment à des communes densément peuplée où notre nombre d'utilisateurs est particulièrement élevé, comme Ixelles." Par ailleurs, Lime avait déjà réalisé une enquête auprès de ses utilisateurs. Parmi les répondants, 70% disaient rencontrer un sentiment d'inscécurité à cause de mauvaises infrastructures.

"La sécurité des utilisateurs de la mobilité douce dépend de deux choses: des infrastructures et du comportement des autres utilisateurs", poursuit Benoit Godart, porte-parole de Vias. "Cette étude va nous permettre de cibler les infrastructures à installer ou à sécuriser dans la capitale. Mais il faut continuer à sensibiliser tous les usagers de la route."

Parallèlement à cette étude, l'institut bruxellois pour la sécurité routière et Lime ont également lancé l'académie "First Ride", cycle de formations pour inculquer les bons réflexes aux utilisateurs de trottinettes électriques et de leur rappeler les règles de bonne conduite. Ainsi, une quarantaine de Bruxellois ont suivi leur premier cours de conduite de trottinettes ce matin.

Selon une enquête de Bruxelles Mobilité, 26% des trajets effectués en trottinette électrique remplacent un trajet en voiture et 18% un trajet en taxi.