Bruxelles

Les mesures de sécurité sont désormais levées dans le quartier Dailly à Schaerbeek, a précisé mercredi Marc Weber, chef de cabinet de la bourgmestre Cécile Jodogne. 

Mardi, un important incendie dans une carrosserie située au numéro 329 de la chaussée de Louvain a incité la commune à déclencher son plan d'urgence d'intervention communale (PUIC) compte tenu du fait que des fumées pouvant être très toxiques se sont dégagées de l'incendie. L'administration communale schaerbeekoise avait conseillé mardi aux personnes présentes dans le périmètre de sécurité installé autour de l'incendie de nettoyer la semelle de leurs chaussures à l'eau avant de rentrer dans une maison et de nettoyer les terrasses à l'eau. Elle avait aussi appelé à ne pas laisser les enfants jouer dans les jardins. Toutes ces mesures de sécurité sont désormais levées, a indiqué mercredi Marc Weber.

"La bourgmestre doit uniquement encore prendre un arrêté pour interdire l'accès à l'îlot même où l'incendie a eu lieu car il y traîne peut-être encore des débris et des poussières dangereuses. Concernant les mesures de sécurité prises mardi, il s'agissait uniquement de précautions et cela concernait un périmètre de sécurité bien déterminé, là où les vents ont pu chasser des fumées et des cendres toxiques", a-t-il expliqué.

Plusieurs experts se sont rendus sur place. Ils ont trouvé des petits résidus d'amiante à l'intérieur de l'îlot où a eu lieu l'incendie, mais rien à l'extérieur. Plus aucun danger n'est à craindre, selon la commune.

Mardi vers 10h00, les pompiers de Bruxelles ont été appelés pour un incendie d'une carrosserie chaussée de Louvain à Schaerbeek. Quatre personnes ont été intoxiquées par les fumées et les dégâts matériels étaient très importants.

Un large périmètre de sécurité a été installé tout autour et le marché de la place Dailly a été évacué. Les riverains ont été invités à rester confinés chez eux à cause de particules d'amiante dégagées dans l'air par la combustion du toit de la carrosserie (qui en contenait encore).

La commune a ensuite décidé que les fruits et légumes vendus au marché tout proche, fortement exposés aux fumées, seraient détruits.