Fondées en 1926, les Savonneries Bruxelloises produisent des centaines de tonnes de savons par an.

À l’occasion de la fête du Roi aujourd’hui, le Roi Philippe avait mis à jour, fin de semaine dernière, sa liste des fournisseurs brevetés de la Cour de Belgique et les Savonneries Bruxelloises est la seule nouvelle entreprise à y faire son apparition. La DH a visité les ateliers bruxellois de cette savonnerie, qui malgré son succès, préserve son côté artisanal.

Implantées près de Tour&Taxis, les Savonneries Bruxelloises élaborent des savons depuis 1926. Ce lundi matin, une dizaine d’employés polyvalents s’activent dans l’atelier. Ici, jusqu’à 3.000 savons peuvent être produits en une heure. "La matière première, le bondillon, passe dans la mélangeuse avec le parfum, la couleur, et éventuellement des additifs comme des pétales de rose, tous choisis par le client. Ensuite, la pâte passe par la broyeuse puis la boudineuse. Le boudin va être coupé et pressé dans des moules refroidis par un liquide à -30°C. Le choc thermique va permettre de démouler le savon", explique Bastien Hachez, chargé de communication, qui nous fait la visite.

Ces savons sur-mesure ne se trouvent pas partout dans le commerce. En effet, pour réaliser ses propres savons, il vous faudra commander un minimum de 100 kilos. Une nonantaine de parfums différents sont disponibles. "Nous travaillons avec des sociétés qui souhaitent intégrer dans leurs produits des savons à pâtes dures. La clientèle se compose notamment de sociétés cosmétiques, pharmaceutiques mais aussi de grandes surfaces", ajoute Bastien Hachez. Au total, l’entreprise exporte près de 75 % de sa production.

Afin d’ouvrir leurs produits au plus grand nombre, les Savonneries Bruxelloises ont lancé une gamme de savon éponyme en 2010. À base de beurre de karité ou encore d’huile d’amande douce, ces savons sont vendus par coffret dans une centaine de points de vente en Belgique à des prix abordables. La senteur gimgembre-citron vert remporte d’ailleurs un franc succès.

Avec ce titre de fournisseur breveté de la Cour, l’entreprise a réussi à mettre en avant son savoir-faire. Cependant, aucun changement dans la production n’est prévu. "Cela va sûrement nous donner plus de visibilité. Nous avons déjà eu la possibilité de nous agrandir mais cela n’a pas été fait car nous souhaitons garder cette manière de faire artisanale", conclut Bastien Hachez.

© DR

Plus d’infos : www.savonneriesbruxelloises.be