"La situation est très grave", a d'emblée annoncé le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS), à l'issue de la réunion de la cellule de crise à laquelle ont pris part les 19 bourgmestres de la capitale. "Nous avons recensé 2100 cas positifs par jour entre mercredi et vendredi. Un taux exceptionnel qui devrait encore monter à 2800 cas en début de semaine", a ajouté Inge Neven, directrice du service d'hygiène de la région bruxelloise.

Une série de mesures drastiques ont été annoncées ce samedi. Elles entreront en vigueur ce lundi et jusqu'au 19 novembre. Bruxelles se calque sur la Wallonie en instaurant un couvre-feu de 22h à 6h. 

Le port du masque est à nouveau généralisé sur l'ensemble du territoire bruxellois, comme ce fut le cas durant le mois d'août.

Les nouvelles mesures bruxelloises sont plus drastiques que celles annoncées en Wallonie. Désormais, tous les événements sportifs et culturels sont annulés. Les cérémonies funéraires sont autorisées avec un maximum de 15 personnes. Les salles sportives (fitness, patinoires, piscines, etc.) doivent fermer.

Les commerces devront fermer leurs portes à 20h. Les achats dans les commerces ne pourront plus être effectués que par une personne qui peut être accompagnée d'un mineur d'âge. Seules les personnes souffrant d'un handicap peuvent être accompagnées d'une autre personne adulte. En Wallonie, il est possible de faire ses courses à deux.

La culture à Bruxelles prend à nouveau un gros coup avec la fermeture pure et simple de tous les lieux culturels, en ce compris les musées, salles d'exposition, etc. En Wallonie, les événements culturels à l'intérieur sont, eux, maintenus avec un maximum de 40 personnes autorisées s’il y a suffisamment de garanties que l’organisation permet de respecter les règles de lutte contre le coronavirus, et maximum 200 personnes moyennant le respect de la règle d’1,5 mètre de distance et le port du masque.

Les cortèges Halloween et autres sorties du genre sont interdits. Les excursions scolaires sont également interdites à partir de lundi.

Le télétravail devient la règle dans les entreprises. Les contrôles seront renforcés pour s'assurer du bon respect de cette règle.

"Je comprends que la population éprouve une grande lassitude et de l'incompréhension et que se retrouver dans la situation actuelle après ce que l'on a connu début mars suscite de tels sentiment", a commenté le ministre-président bruxellois, annonçant ces mesures.

Selon lui, la pandémie "nous impose une grande leçon d'humilité". Les mesures soutenues unanimement par les bourgmestres et les scientifiques consultés sont rendues nécessaires par les chiffres galopants et les "risques d'effondrement du système hospitalier dans le pays" que ceux-ci engendrent, a-t-il justifié.

© DR