"La Boum est un mouvement populaire qui prône la liberté d’expression, l’humour, le surréalisme à la Belge ainsi que le droit de s’évader durant cette période morose." Ce mercredi après-midi, les organisateurs de la fameuse Boum -qui n'avait plus communiqué depuis la veille du jour J- ont partagé une publication sur leur page Facebook afin de se distinguer d'"usurpateurs". " Nous ne sommes pas présents pour influencer ou diriger des personnes.Chacun est libre de ses propres faits et gestes. Nous tenions simplement à être clairs envers les individus qui se font passer pour des membres de notre collectif afin de servir leurs convictions", expliquent-ils ainsi avant de demander, "Ne vous cachez pas sous notre nom. Ayez le courage de vos idées".


Cette communication intervient alors que Moustique a publié ce mercredi une analyse interpellante des futurs participants à l'événement de ce samedi 1er mai. Des profils "dangereux" seraient ainsi en train de se réapproprier le rassemblement comme des responsables de mouvements d'extrême droite ou d'extrême gauche, des ex-paracommandos, des personnes issues du monde de la sécurité privée ou de salles de sports de combat,... Cela, cumulé à un nombre important de participants, annoncerait une Boum 2 "explosive", selon l'hebdomadaire.

"La Boum fera son retour pour un véritable rendez-vous"

Le post rappelle ainsi que "Toutes communications du collectif La Boum sont publiées via cette page officielle. Les autres entités et événements du même nom n’ont absolument rien à voir avec le collectif la Boum".

Et comme les organisateurs nous l'avaient révélé en exclusivité à la DH la veille du premier avril qui a quelque peu dégénéré, une seconde édition dans les règles aura bel et bien lieu. "Grâce à vous, La Boum fera son retour pour un véritable rendez-vous. Restez connectés et d’ici là, faites attention à votre santé et à celles de vos proches."