Le ton monte chez le personnel des maisons de repos publiques de la capitale. Un front commun syndical réunissant la CGSP, la CSC et le SLFP, monte au créneau pour dénoncer les conditions du personnel des maisons de repos (MR et MRS) des 19 CPAS de la Région de Bruxelles-Capitale.

Parmi les problèmes dénoncés par les instances syndicales : "pénurie totale dans le secteur des soins de santé, surcharge de travail, souffrance physique et mentale, des horaires trop lourds, des conditions salariales bien trop faibles".

"Alors que la crise sanitaire touche peu à peu à sa fin, force est de constater que la fatigue et la lassitude ont largement gagné tout le personnel et qu’il est sérieusement temps de réinvestir dans ce secteur pour que les services rendus à nos seniors soient de qualité et que le travail soit accompli avec le bien-être pour toutes et tous comme principal objectif", dénoncent les syndicats.

Maron interpellé ce jeudi

Un cahier de revendications a été rédigé et sera remis ce jeudi au ministre régional compétent, à savoir Alain Maron (Écolo), en charge de la Santé. Une action syndicale aura également lieu ce jeudi place Rogier, dès 9h30.

Parmi les revendications adressées aux instances régionales : plus de remplacements, plus d’encadrement, des aménagements pour les fins de carrières, des revalorisations barémiques, octroi d’une prime annuelle, deux jours de congé supplémentaires, une RCTT (réduction collective du temps de travail).

Il est également réclamé aux différents niveaux locaux entre de "prévoir des tenues de travail adaptées" et d’"améliorer le matériel de soins".

"Les travailleurs de la santé dans les MR/MRS occupent une place importante dans la sphère des soins et ils se sentent oubliés. Dans une société vieillissante où l’inversion de la pyramide des âges ne fait que s’aggraver, les conditions de travail des personnels de santé doivent être améliorées", assènent les syndicats.

Du côté du cabinet d'Alain Maron, on se dit "prêt à recevoir la délégation et l'écouter". "On a toujours eu des relations très constructives avec les syndicats. On va prendre le temps qu'il faut pour écouter les revendications et trouver des solutions", indique le porte-parole du ministre Écolo.